AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 C'est dur d'être studieux... { feat. Daisuke M. ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: C'est dur d'être studieux... { feat. Daisuke M. ♥   Lun 8 Nov - 2:38



    15h30, fin des cours. La sonnerie venait à peine de retentir, et les élèves attendirent que leur professeur leur donne l'autorisation de quitter la salle. Une fois chose faite, ils se levèrent, et rangèrent leurs affaires, certains pour rentrer chez eux, d'autres pour se rendre aux clubs scolaires dont ils faisaient partis. Shohei, quant à lui, devait impérativement retourner chez lui, du travail l'attendait, un examen allait bientôt leur tomber dessus, et le jeune homme n'avait aucunement envie d'échouer. Il fourra ses livres dans son sac, et quitta la pièce, en saluant quelques personnes au passage. En vérité, s'il marchait aussi vite, c'était pour éviter une certaine personne... c'était presque inévitable, il se doutait qu'elle allait lui tomber dessus sans prévenir. Il tourna à l'angle du couloir, son sac sur l'épaule, et regardait droit devant lui, histoire de ne pas paraître suspect à zieuter les alentours. Mais, trop tard. Il s'arrêta subitement de marcher lorsque Eri Nakamura lui fit face, un large sourire pendu aux lèvres. Pour tout dire, Shohei avait promit de sortir avec elle après les cours, ils devaient aller au karaoké avant d'aller manger un morceau pour ensuite la raccompagner chez elle. Mais l'adolescent n'avait ni l'envie, ni le temps de rester avec la jeune fille, et maintenant qu'il était face à elle, il ne restait plus qu'à lui dire d'une manière qui ne la vexerait pas. Alors, avec précipitation, en la contournant, il dit : « Désolé, je n'ai pas le temps, peut-être une autre fois ! ». Oh oui Shohei, très subtil... imbécile. Il se donna une gifle intérieurement, tout en descendant les quelques volées de marches pour quitter l'établissement. Il n'habitait pas si loin, ce qui l'arrangeait. Shohei prenait ses études très au sérieux, mais lorsque ça tourne à l'obsession, rien ne peut l'arrêter. Durant le trajet entre son domicile et le lycée, il ne cessait de se répéter intérieurement ce qu'il devait revoir, les exercices à faire et les leçons à réviser. Concentré, il n'avait pas fait attention à son téléphone portable qui vibrait depuis plus de dix minutes dans sa poche. Arrivé à destination, il prit ses clés, et monta les marches de l'immeuble pour se rendre devant la porte de l'appartement familial. Son petit frère n'était pas là, ces derniers jours, il était en voyage scolaire, et ne rentrait que dans deux jours. Mais sa mère, elle, était là. Depuis qu'ils étaient à Sendai, Emiko avait trouvé un job qui lui permettait d'avoir un jour de repos en pleine semaine, ce qui l'avantageait, d'autant que ses enfants, qui pouvaient profiter de la présence de leur mère ne serait-ce que pour une soirée de plus. Shohei ouvrit la porte, et accentua cette entrée d'un « Tadaima ! ». Il retira ses chaussures, les posa à côté de la porte, ferma cette dernière, et jeta un œil dans la cuisine, qui se trouvait juste à côté de l'entrée. Personne. L'adolescent arqua un sourcil, avant d'aller dans le salon. Personne. Shohei pencha légèrement la tête, une moue intriguée aux lèvres, alors qu'il laissait son sac de cours au sol. Sa mère devait probablement faire des heures supplémentaires... Le répondeur clignotait. Ah, un message ! L'étudiant s'assit sur le canapé, et appuya sur le bouton play du lecteur. ''Sho-kun c'est maman ! Étant donné que tu ne réponds pas sur ton portable, je te laisse un message. Je ne serais pas là lorsque tu sera rentré du lycée, je passe toute la nuit au bureau on a énormément de travail... je t'ai laissé de l'argent sur le comptoir de la cuisine, va t'acheter à manger au combini ! A demain, et ferme la porte avant de te coucher !''. Shohei haussa les sourcils. Après tout... ce n'était pas plus mal, il allait pouvoir travailler sans être dérangé. Il alla prendre son sac de cours, et le vida sur la table basse. Assit en tailleur sur le sol, il commença à ouvrir ses livres, s'arma d'un stylo et d'une feuille vierge, pour commencer à bosser. Il y passa des heures, à faire et à refaire les même exercices, à réciter sa leçon par cœur.

    Ce Daisuke lui tapait sur les nerfs. Ah oui il est tout mignon et amusant, mais... il y a quelque chose qui l'énervait. Il lui faisait face, et ce sourire l'agaçait tellement qu'il avait envie de lui mettre son poing dans la figure. Shohei détourna le regard, indifférent, et prit son petit air hautain, art dans lequel il excellait avec le temps. Pas la peine de rester là, je n'ai pas envie de te parler, ce n'est pourtant pas difficile à comprendre ?! Mais apparemment, Daisuke n'avait pas l'intention de partir, disons qu'il le comprit lorsqu'il sentit ce léger souffle près de sa joue. Il tourna la tête vers son interlocuteur, et se rendit compte que ce dernier était plus près, très près, trop près. L'adolescent haussa les sourcils surprit, et recula d'un pas. Daisuke avança. Il recula à nouveau, et ainsi de suite, comme si ça n'allait jamais en finir, jusqu'à ce que Shohei bute contre un mur. Oh non prit au piège, que faire ? Il était à une telle proximité, que l'étudiant se sentait extrêmement mal à l'aise. Il déglutit, tandis que le regard ténébreux de Daisuke le déboussolait. Oh arrête de me regarder comme ça toi... tu... tu...

    Shohei ouvrit les yeux, la joue contre son cahier d'Histoire. Oh fuck je me suis endormis... il se redressa avec une vitesse fulgurante, et regarda autour de lui, comme s'il venait de commettre un vol. Les sourcils froncés, il se rendit compte d'un détail : il faisait sombre, très sombre. La seule lumière provenait de la petite lampe posée sur le meuble du salon. Il devait être tard... L'adolescent se leva, et se dirigea vers la cuisine tout en se frottant les yeux d'un air las. Et en voyant le cadrant de l'horloge, il se rendit compte qu'effectivement, il était tard, même très tard... 22h23. Et lui qui aurait voulu manger dans un petit restaurant... c'est raté. Il bailla bruyamment, et fourra l'argent dans sa poche avant d'enfiler sa veste et ses chaussures. Tant pis, il irait acheter quelque chose au combini, ça reviendrait au même. Il prit les clés de l'appartement, son mp3 et son téléphone portable, avant de quitter le domicile. La température avait subitement chuté, et ça se sentait ! Il rabattit les pans de sa veste sur son torse, et se crispa, les épaules haussées, les dents serrées. S'il avait su, il aurait prit ne serait-ce qu'une écharpe, mais il n'avait pas la foi de faire demi-tour maintenant. A vraie dire, si Shohei allait acheter à manger, c'était pour assurer sa mère qu'il s'était remplit l'estomac. Il n'avait pas vraiment faim, il avait plutôt envie d'aller se coucher. Et dire que le lendemain, il avait cours... c'était un moment à rester au lit, à se prélasser et à attendre l'heure du déjeuner. Oh oui l'une des activités favorites de Shohei consiste à rester sous la couette des heures durant après le lever du soleil. Il adore, il en raffole, c'est le pied quoi. Ça faisait longtemps qu'il n'avait pas eu l'occasion de glander ainsi, et il se disait qu'il devait y remédier... après son examen. Il soupira, cette idée d'examen ne l'enchantait guère, et rien que d'y penser, ça lui sapait le moral. Oui, il est très attaché à ses études, mais les examens ne sont pas forcément une partie de plaisir. Le stress, le cerveau plein à craquer, il y a de quoi perdre ses moyens.

    Il ne lui fallut qu'un quart d'heure de marche pour arriver au combini. Il remerciait d'ailleurs le Ciel que ce genre d'endroit existe, tête en l'air comme il était. Il entra, et s'enfonça immédiatement dans un rayon au hasard, à la recherche de quelque chose à manger, ne serait-ce qu'un bol de ramens ou des friandises... il aurait au moins mangé quelque chose. Dans un soupir las, il fit le tour du rayon, avant de s'engouffrer dans un autre, ou il trouva son bonheur. Des ramens, voilà qui fera l'affaire ! Il prit le bol, et se dirigea vers la caisse. Mais, à à peine deux mètres de cette dernière, il s'arrêta brutalement lorsque son regard se posa sur une personne en particulier. Et fuck de fuck de fuck....
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 185
A Tohodai depuis le : 18/10/2010
Double-compte : Ai pu .__.
Année d'études : Rookie desu~

MessageSujet: Re: C'est dur d'être studieux... { feat. Daisuke M. ♥   Ven 12 Nov - 22:28

La petite horloge d'un appartement dont la taille semblait encore plus réduite, celui des frères Minami, frappa dix coups; 22h00, l'heure fatidique. Toutes les chances d'échapper au cruel sort qui l'attendait venaient de s'envoler par la fenêtre sous les yeux désabusés du principal intéressé, le cadet des deux frères, Daisuke. Il était là, avachi par terre, dans l'attente d'un miracle. Et si quelqu'un pouvait lire dans ses pensées, il aurait été déboussolée par sa façon de définir le mot 'miracle' en cet instant précis. Parce que oui, espérer qu'un avion se crashe sur votre maison juste pour avoir une excuse rater le dernier bus, c'était plutôt bizarre; espérer que la police vienne vous arrêter pour des raisons x juste pour passer la nuit en prison, c'était déplacé; que votre frère tombe sur un couteau juste pour passer la nuit à ses côtés dans une chambre d'hôpital bien tranquille était carrément vicieux................ Mais Daisuke avait ses raisons. Car personne ne savait ce qu'il pouvait ressentir, rien qu'à la pensée de devoir aller... travailler. Rien qu'en ce remémorant ces nuits interminables dont il avait déjà fait l'expérience, à surveiller la caisse d'un magasin éternellement désert, ou presque, les seuls clients étant ces quelques jeunes ivres morts tout droit sortis d'un bar ou d'une fête quelconque, venus racheter du 'carburant'................ Venus narguer Minami, oui èé Ils auraient au moins pu avoir la décence de ne pas se montrer devant lui, sa mine ennuyée, blasée à souhait. Lui qui aurait tout donné pour pouvoir les rejoindre plutôt que de rester à son fichu poste.

Se relevant dans des mouvements fainéants, Minami vérifia une dernière fois l'heure sur la petite montre de poignet offerte par sa mère, histoire de ne pas sortir trop en avance. Ah, sa mère... C'était en partie pour elle qu'il faisait tout ça, en bon fils-à-maman qu'il était. Il connaissait les problèmes financiers que traversaient ses parents en ce moment, et savait aussi que s'il ne décidait pas de prendre sa vie en mains et essayer de s'en sortir tout seul, c'en serait fini de l'indépendance. Fini leur collocation avec Takeshi, seulement eux deux, comme des grands. Et par conséquent fini les soirées arrosées, fini la débauche, fini les fêtes jusqu'à pas d'heure. En résumé: fini la belle vie ! Pour quelqu'un comme Dai, imaginer un tel scénario catastrophe revenait au même que de se rappeler de pire des films d'horreur, celui qui vous empêche de dormir un bon nombre de nuits après l'avoir visionné... Mais c'était aussi le meilleur des carburants ! La motivation revenait en trombe lorsque ces pensées noires d'une vie ennuyeuse à souhait s'insinuaient dans l'esprit de Dai. Et c'est sans plus se poser de questions qu'il soupira pour se redonner du courage et affronter enfin ce merveilleux univers professionnel qui lui ouvrait les portes.............................. En chemin, avec un peu de chance, il se fera peut-être mordre par un chien enragé ? éè

Son sac à dos pendouillant sur une épaule, il avançait d'un pas rapide vers le petit combini qui se trouvait à quelques rues de son appartement et lui servait d'employeur depuis déjà plusieurs mois. Il essayait de ne pas trainer, car pire qu'une soirée passée à ne rien faire derrière une caisse, était une soirée passée à ne rien faire derrière une caisse tout en se faisant engueuler par son patron pour les quelques minutes de retard. Et tel un soldat partant en mission et préparé à toutes les éventualités, Minami avait fait le plein des provisions vitales plus tôt dans la soirée: une poche de bonbons au caramel, des écouteurs de rechange, et un peu de littérature intelligente, si si, mais dénudée appelée 'hentai' pour faire passer le temps.
À son soulagement, les employés du jour quittèrent les lieux dès qu'il eut mis un pied dans le magasin, lançant un 'Bonsouar !' sonore. Il n'allait pas avoir à faire semblant de s'affairer dans les différents rayons, à ranger les produits imaginaires. C'était d'ailleurs la partie qu'il détestait le plus dans son boulot, encore plus que les nuits en solitaire. Ces moments où il fallait constamment être en mouvement, même s'il n'y avait pas le moindre travail à faire, juste pour ne pas se faire traiter de faignant par ses collègues et autres supérieurs hiérarchiques.

S'installant sur la chaise derrière le comptoir, il enleva sa veste et craqua ses articulations, histoire de faire durer sa pause d'avant l'arrivée au boulot quelques secondes de plus; et c'était parti, l'employé modèle qu'était Minami rentrait en jeu ! Un bonbon disparut derrière sa joue, puis un autre; du punk des années 80s à plein volume bourdonnait à ses oreilles, alors qu'il étudiait avec minutie, bien en détails, chaque image présentée dans les ouvrages hautement intellectuels mentionnés plus haut, non sans lui provoquer des sourires salaces étirés jusqu'aux oreilles. Un client avait, semble-t-il, traversé la porte pendant ce temps-là, mais Daisuke n'y fit pas vraiment attention. Il n'avait pas peur que ce soit un cambrioleur ou autre ami d'infortune, vu le quartier plutôt tranquille dans lequel ils se trouvaient. Et si c'était un client, il viendrait le voir de lui-même s'il avait une question ou n'importe quel autre soucis valant la peine de déranger Dai le grand.
Gloussant de plus belle devant la diversité des images présentées à ses yeux - images qui ne manquèrent pas de lui donner quelques idées pour des expériences futures d'un certain type - il ne remarqua d'abord pas la figure qui se tenait devant lui, à quelques pas du comptoir. Mais comme tout humain doté d'une intuition ou quoi que cela puisse être, il sentit sa présence, ce regard posé sur lui. Et c'est en délaissant, non sans grand regret, son manga et en pressant pause sur son baladeur qu'il releva la tête, déjà prêt à lancer le classique "Avez-vous besoin de quelque chose ?" de tous les vendeurs. Mais les mots restèrent coincés dans sa gorge lorsque l'information de l'image perçue par ses yeux arriva enfin à son cerveau............................ Les dessins en noir et blanc 'étudiés' quelques secondes plus tôt se remplirent de couleurs dans l'instant, et les personnages sans identité prirent des traits d'êtres vivants aussi réels que l'étaient Dai et son vis-à-vis. Leurs traits à eux, en fait... Dai et... Lui *0* Oh lui qui hantait ses nuits et autres pauses dodo pendant les cours magistraux. Même le comptoir n'était pas un obstacle à cette quasi obsession qui lui donnait des ailes, et c'est sans grande difficulté que Minami sauta par dessus, délaissant sa lecture et autres appareils musicaux.

C'est d'abord avec les eux ronds de surprise, puis avec un sourire plein de sous-entendus que Daisuke s'approcha de l'autre garçon, faisant le tour de sa personne rien que pour avoir le loisir de l'observer sous tous les angles. Et il était... parfait. Sans surprise... Minami l'avait croisé un soir, dans cette boite de nuit qu'il avait bénite depuis, et n'avait plus réussi à le sortir de sa tête... Oh, ce n'était rien de bien spécial. Ces choses-là lui arrivaient constamment: il croisait la perle rare, l'attirait dans ses filets, puis s'en lassait et passait à autre chose................ Sauf avec Hasegawa ! Personne avant lui n'avait refusé les avances de Minami avec tant d'entêtement. Personne n'avait fait autant d'efforts juste pour lui faire comprendre que non, il n'était pas irrésistible. Daisuke en aurait presque perdu de sa confiance en soi, s'il n'en avait pas à revendre. Car oui, il en était sûr: l'humain qui lui résisterait n'était pas encore né ! Et afin de démontrer cette théorie, il n'avait plus qu'à faire craquer celui qui lui faisait maintenant face. Tâche ardue, mais qui ne ferait que rendre la victoire d'autant plus délicieuse.

« Mais qui voilà~ » - chantonna-t-il avec une voix mielleuse. « Des jeunes garçons comme toi devraient être au lit à l'heure qu'il est. Ou alors... Je sais ! Tu ne peux pas dormir sans moi, c'est ça ? Laisse-moi trouver un remplaçant pour la caisse, et je suis tout à toi *0* »

Non, il n'était pas assez bête pour croire à cette possibilité. Mais l'espoir fait vivre, paraît-il~

_________________

C A U S E H E I S T H E
I R R E S I S T I B L U S

& T O O C O O L T O H O L D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: C'est dur d'être studieux... { feat. Daisuke M. ♥   Sam 13 Nov - 1:17

    La surprise fut tellement grande, que Shohei resta cloué sur place, les yeux ronds comme des soucoupes. Une pluie de jurons défila dans son esprit. Alors, pourquoi fallait-il que comme par hasard, à cette heure précise, ce jour précis, dans cet endroit précis, il croise ce type ? De la malchance certaine... Oh non, Shohei n'avait pas envie de le voir, ni même de le supporter ce soir, il voulait juste ramener ces nouilles chez lui et manger avant d'aller se blottir confortablement dans ces draps, histoire de se reposer avant de reprendre des forces avant les cours du lendemain. Il ne voulait pas voir ce garçon, il ne voulait pas entendre sa voix et il ne voulait surtout pas voir ce sourire si agaçant dont lui seul avait le secret. Rien que d'y penser, ça lui mettait les nerfs en pelotte. Certes, Daisuke n'avait rien d'un garçon que l'on pourrait définir de ''méchant'', au contraire, une personne sympathique avec ses défauts, sur lesquels Shohei ne peut s'empêcher de faire une fixette. Rien qu'en repensant à ce regard qu'il lui avait lancé la première fois, dans cette discothèque, il en avait des frissons. Pourquoi avait-il fallu qu'il se focalise sur lui, il y avait eu tellement d'autres personnes ce soir-là ! Shohei savait qu'il était mignon, en tout cas, à force d'entendre sa mère débiter ce compliment à tout va, y compris certaines de ses camarades de classe, il sait parfaitement qu'il dégage un certain charme, et va même jusqu'à le mettre en avant du mieux qu'il peut. Il charme, un petit battement de cils, un sourire angélique, et ensuite, il s'en va, c'est comme ça que ça marche. Shohei n'a jamais réellement ''conclut'' dans ses jeux de séduction, disons qu'il tient à sa dignité et au respect de lui-même. S'il avait été une fille, alors on l'aurait traité d'allumeuse, et rien qu'à cette pensée, Shohei jubile... Oh oui c'est si bon de passer pour un prétentieux qui mène ses proies par le bout du nez. Du haut de ses dix sept ans, il savait très bien que sa jeunesse serait en avantage en matière de manipulation, et ce visage encore innocent, son corps, étaient ses armes fétiches... Mieux vaut user de grandes capacités pour parvenir à ses fins. Il aurait très bien pu faire la même chose avec ce garçon, Daisuke, mais... comment dire. Il y a comme un blocage ! Je vous expliquerais ça dans les lignes suivantes. Mais... pourquoi ne pas profiter de la situation ? Quoi donc ? Ah oui, que je vous rappelle : Shohei, planté là, remarqua alors que pour l'instant, Daisuke n'avait pas remarqué sa présence, apparemment plongé dans une toute autre activité, de la musique hurlant dans les oreilles. C'était le moment de fuir ! Au pire, il laisserait son achat sur le comptoir en passant, mais il n'avait pas envie de rester une minute de plus si c'était pour voir ce type sourire... argh... Mais alors que Daisuke retirait ses écouteurs et levait la tête vers lui, il était trop tard. Shohei se raidit sur l'instant, une boule dans la gorge, incapable d'effectuer le moindre geste. Et merde de merde de merde de merde... Trop tard. Et puis maintenant, s'enfuir en courant serait ridicule, autant aller jusqu'au bout, payer et s'en aller sans dire un mot. Oui, c'était une solution, une très bonne idée même ! Mais il était certain que ce ne serait pas si facile, surtout avec Daisuke. Oh non il en avait des belles avec ce mec pour comprendre qu'il allait rester ici un moment à l'écouter sortir des absurdités, comme d'habitude. Shohei détourna le regard un instant. Oh arrête de me regarder comme ça toi et dis quelque chose ! Mais pourquoi lui ne s'avançait pas pour payer son achat ? Il n'y arrivait pas, comme s'il voulait maintenir un périmètre de sécurité entre lui et cette bête sauvage. Bon maintenant ça suffit, je m'en vais ! Ah... bah non. Daisuke passa par-dessus le comptoir, en toute agilité, et un sourire malsain se dessina sur ses lèvres. Fais chier. Shohei le regarda fixement, une grimace de dégoût et de mépris au visage, tandis que son futur interlocuteur s'approchait. Non, garde tes distances Satan, j'ai mieux à faire ! Daisuke lui tourna autour, dans le sens propre du terme, comme dans le sens figuré. Avec le temps, il savait parfaitement ce que ce garçon attendait de lui, et Shohei ne voulait pas lui donner cette satisfaction. Pourquoi ? Je vais vous expliquer. Comme dit précédemment, Shohei n'était qu'une ''allumeuse'', il n'avait pas l'intention de se souiller pour satisfaire les besoins de ce garçon. Ou du moins, il allait devoir jouer des pieds et des mains pour parvenir à ses fins. Shohei avait envie de le faire craquer, qu'il abandonne, il ne voulait pas ressortir perdant de cette bataille.

    Daisuke brisa le silence en prenant la parole. Shohei l'écouta sans broncher, le regard fixe, et lorsque son interlocuteur termina, il lâcha un rictus moqueur. Quelle technique d'approche... franchement... réussie. Ironie. Ou pas ? Ah oui oui je vous assure que Shohei est humain, qui plus est bisexuel. Et admettons le, Daisuke n'a rien d'un homme repoussant, bien au contraire, même le lycéen était obligé d'admettre qu'il était extrêmement attirant, sexy, charmant, jouissif quoi. Mais allait-il lui dire ou lui faire comprendre ? Aha, même pas en rêve. Shohei avait une fierté à conserver, et n'oublions pas le fait que ce garçon l'agaçait. A l'instant, il aurait très bien pu se jeter sur lui pour le violer sur place, c'est une possibilité, mais ça restera un fantasme trèèèès lointain. Shohei se perdait dans ses avis, dans ses réflexions et ses choix en présence de Daisuke, voilà pourquoi il était troublé, mais il n'avait pas envie de faiblir, il voulait montrer que pas même son regard de braise le ferait chavirer. Il en fallait plus, et Shohei attendait de voir ça... Etait-ce aussi une manière de voir jusqu'où Daisuke était prêt à aller ? En quelque sorte, et Shohei aimait qu'on le désire... Daisuke le rendait fier, et l'aidait à se sentir bien dans sa peau, à prendre une confiance extrême et à positiver sur ce qu'il dégageait, physiquement parlant. Il garda le silence un moment, ce même sourire amusé aux lèvres, avant qu'il ne tourne la tête vers son interlocuteur. Là, il se pinça la lèvre, de manière assez taquine, en s'approchant de Daisuke, d'un air faussement innocent. Alors, il posa son index sur le torse du jeune homme, et répondit : « C'est vrai que je me sens seul la nuit... très seul... » il lâcha un petit rire cristallin et délicat, puis, reprit immédiatement son sérieux, l'air blasé, et s'écarta de Daisuke, « Mais tu serais la dernière personne que j'appellerais. »

    Ouf, bien joué mon petit Shohei... Il s'approcha du comptoir, et y déposa ses nouilles, avant de se tourner vers Daisuke, les bras croisés, l'air subitement autoritaire et impatient. Il n'était pas venu pour discuter avec lui, il voulait partir, et ce, sur le champ. Alors, il ne voulait pas que Daisuke lui complique la tâche, bien que sur l'instant, il se doute parfaitement qu'il n'allait pas pouvoir quitter ce combini dans la minute. « Bon, j'aimerais rentrer chez moi, alors si tu pouvais te dépêcher... »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 185
A Tohodai depuis le : 18/10/2010
Double-compte : Ai pu .__.
Année d'études : Rookie desu~

MessageSujet: Re: C'est dur d'être studieux... { feat. Daisuke M. ♥   Lun 15 Nov - 1:58

S'arrêtant derrière son fantasme aux cheveux dorés, Daisuke laissa à ses yeux tout le loisir d'observer le jeune homme dans les moindres détails. De glisser sur ses courbes fines, parfaitement dessinées, que même le tissus de ses vêtements n'arrivait pas à dissimuler. Ce qui était plutôt évident, puisqu'on ne pouvait pas dire que Shohei essayait de se cacher d'une quelconque manière. C'était plutôt le contraire. Il savait très bien que peu réussissaient à rester indifférents à ses charmes, et en jouait allégrement. Et Minami n'était pas une exception. Une victime parmi tant d'autres u_u… Peut-être pas tout innocent non plus. Mais vraiment, comment aurait-il pu rester de marbre devant une telle merveille ? Tout comme maintenant, certains auraient pu trouver son comportement outrageant à dévisager les 'reliefs' de ce corps d'une façon aussi impudique. Mais pour une fois que Hasegawa restait calme en sa présence, ne gesticulait pas dans tous les sens et ne passait pas son temps à lui cracher des insultes à la figure, ç'aurait été un crime que de ne pas en profiter ! Tout du moins, c'est comme ça que Dai philosophait à cet instant, et cette façon de voir les choses le satisfaisait tout à fait. Il n'y a pas de mal à se faire du bien, tel est le dicton. D'autant plus que ce plaisir, ce 'bien', n'allait pas durer longtemps, Minami le savait. Avec Shohei, il avait eu le temps d'apprendre, et savait parfaitement qu'il n'allait pas rester planté là, sans broncher, lui laissant le loisir de le reluquer de ses petits yeux pervers - comme il avait l'habitude de les décrire dans des situations semblables - de tous les angles. Tout allait se passer comme d'habitude, puisque ce n'était qu'une énième querelle d'amoureux, ou pas, comme il y en avait tellement eu entre eux. ...À un détail près... Lorsque leurs regards s'était croisés, quelque chose avait semblé inhabituel à Minami. Peut-être était-ce cette lueur de panique qu'il avait pu apercevoir dans les yeux du lycéen ? Une sorte de gêne qui se lisait sur son visage et que, évidemment, il avait essayé de dissimuler, ne voulant sûrement pas perdre face devant l'ainé. Mais c'était sous-estimer son expérience... Daisuke se demandait seulement si c'était dû à la surprise de le voir ici, ou si quelque chose d'autre le perturbait ? Le plus jeune lui avait semblé déboussolé. Et il restait encore et toujours silencieux. Un fait bizarre, venant de sa part, lorsque l'on sait que, d'habitude, sa confiance en soi lui fait dépasser toute les limites. À cet instant, il restait juste planté là, comme s'il n'osait pas faire un seul geste. Minami en arriva même à se demander s'il allait bien.................... Mais lorsque le cadet lui fit enfin face, dans un mouvement lascif, affichant un sourire taquin, il compris que la gêne ou tout autre sentiment semblable n'y étaient pour rien. Qu'il n'avaient peut-être même jamais existé, chez celui qui était tout simplement en train de comploter sur la meilleure tactique à adopter afin d'éloigner l'ainé, provoquant un sourire discret chez ce dernier. Eh bien... il pouvait toujours essayer.

Observant le plus jeune s'approcher un peu plus près, Daisuke restait lui aussi silencieux, sans ciller, curieux d'en savoir plus sur ce que Hasegawa allait bien pouvoir entreprendre. C'est avec un grand plaisir qu'il accueillit le cadet droit devant lui, un regard de braise lié au sien, et lorsqu'un doigt se posa sur son torse, il en trembla presque. Presque. Il ne fallait pas montrer à l'autre qu'il était perturbé d'une quelconque manière, sinon il n'en ferait qu'une bouchée de sa pauvre personne.
C'était la première fois qu'ils se retrouvaient aussi près. Tout du moins, la première que Shohei s'approchait aussi près de sa propre volonté. Affichant un sourire énigmatique, le regard voilé, Minami ne put que mimer son vis-à-vis, se mordant les lèvres. De plaisir, de voir Shohei faire un tel geste, de sentir son toucher sur son corps aussi minime soit-il, lui qui acceptait si rarement de s'en approcher, et surtout de son propre gré. Mais aussi de frustration, puisqu'il savait qu'à cet instant, et comme ça l'a toujours été auparavant, tout n'était que jeu, qu'amusement. De même que cette phrase, murmurée sur un ton charmeur d'enfant innocent « C'est vrai que je me sens seul la nuit... très seul... ».

L'allumer pour mieux l'éteindre après... Pas très original comme tactique. Mais, sans souffler mot, Minami attendait avec impatience la suite. Avec quelqu'un d'autre que Hasegawa, il aurait peut-être eu la bêtise de prendre ces dires au pied de la lettre. Mais avec Shohei, il avait plus que l'habitude de se faire rembarrer après une session de comportement tout miel tout sucre. Qui, sur le coup, lui faisait le plus grand bien. Mais qui précédait toujours un refus de plus brutaux de ses avances. Alors, même si le sourire satisfait de Minami ne laissait rien paraître, il le voyait déjà venir............. 3, 2, 1.....

« Mais tu serais la dernière personne que j'appellerais. »

Laissant un bref éclat de rire lui échapper, Minami ne fit que secouer la tête, incrédule. Amusé par le soudain changement d'expression sur le visage du cadet. S'il avait en face de lui quelqu'un d'autre que Shohei, il aurait peut-être été vexé d'entendre quelque chose de semblable. Peut-être agressé, et aurait répliqué de la même manière. Mais Hasegawa l'avait habitué à tellement mieux, tellement plus intense... Non, sérieusement, c'est comme ça qu'il espérait se débarrasser de lui ? Il en faudrait plus que ça. Daisuke s'était déjà attendu à recevoir un coup de pied ! Pas faire face à cette attitude pseudo-rebelle avec laquelle Shohei voulait l'éloigner. Car, petite erreur de jugement... Dai adorait ça. Le voir s'exciter contre lui était exquis. Et Hasegawa aurait dû s'en douter, depuis le temps qu'ils lui tournait autour. Alors, soit Minami avait vu juste et le lycéen n'était vraiment pas dans son assiette ce soir. Soit son fameux charme Daisukien commençait à opérer sur lui, affaiblissant sa répartie. Et Dai ne se fit pas prier pour en rajouter une couche, plongeant son regard de amusé dans celui blasé de Shohei.

« Pourquoi si rude, Sho-kun ?....... Aurais-je fait quelque chose qui t'aurait déplu, pour mériter ça ? »

Ses yeux de chien battu prenaient un air encore plus - faussement - effondré que d'habitude, alors qu'il l'observait s'éloigner sans lui accorder le moindre regard. Il aurait voulu lui dire à quel point il se trompait s'il croyait avoir la situation en mains, mais préféra le laisser garder l'illusion de ce contrôle. Dai le suivit juste, alors que le ton de Shohei montrait clairement qu'il n'avait pas la moindre intention de s'attarder ici plus longtemps.

« Bon, j'aimerais rentrer chez moi, alors si tu pouvais te dépêcher... »

S'aventurant derrière le comptoir, Minami attrapa le bol en plastique, toujours sans piper mot. À quoi bon ? Ils allaient avoir l'occasion d'échanger pendant toute la nuit. Il trouverait certainement quelque chose de plus passionnant à raconter qu'une fable sur les nouilles. Il passa le code barre une fois, deux. Non, pas pour faire payer double au lycéen. Ce fut juste la seule idée qui lui vint à l'esprit. Il ne pouvait tout bonnement pas attacher Hasegawa à une chaise et le garder ici contre son gré. .............. Ou alors seulement quand il n'auras vraiment plus le choix.

« Oops... Je crois que nous avons un problème. Elle nous fait un de ses caprices... »

Tapotant sur quelques boutons de la caisse, Minami prit un air faussement préoccupé, mettant tous ses talents d'acteur en avant. CE soir il s'était préparé à passer la nuit la plus longue de son existence, et son jouet préféré venait de se présenter à lui de son propre gré telle une apparition divine. Alors, ce jouet ne croyait décemment pas que Minami allait le laisser filer aussi facilement, si ? Non. Et tout prétexte était bon pour le retenir. Comme une petite panne d'un certain appareil... Certes, ce n'était pas la meilleure des stratégies, ni la plus sûre. Mais si Shohei s'était aventuré dans un magasin à une heure aussi tardive juste pour acheter un bol de ramen, c'est qu'il devait sûrement être affamé. Et justement Minami avait quelques provisions. Toute tentative était bonne à prendre............
Fouillant bruyamment dans le paquet de bonbons, il en ressortit un avant de le balancer dans sa bouche, souriant comme un imbécile heureux, avant de tendre le paquet au plus jeune.

« Sers-toi. De toute façon il va falloir attendre un peu, avant que la machine se remette en marche............... Oh mais seulement quelques minutes, tout au plus ! »

Il lança au plus jeune un autre regard, et soupira de bien-être. Parce que drague abusive ou pas, là il avait juste envie qu'il reste. Même si c'était pour ne rien dire. Ou, au contraire, lui balancer ses vacheries, qu'importe. Tout comme il aimait lui rendre la vie impossible, il appréciait juste sa simple présence. Shohei était un de ceux, rares, que Daisuke considérait comme plus qu'un radiateur humain pour une petite nuit....................... Lui, il le garderait au moins une semaine, facile !
Se penchant sur le comptoir, Dai s'approcha un peu plus de Hasegawa posté de l'autre côté. Ses yeux se faisant rêveur, il soupira une fois de plus:

« Aaaah~ Quand je te regarde, je me dis que finalement j'aurais dû faire médecine. Tu m'aurais aidé pour les travaux pratiques, ne ?........... »

_________________

C A U S E H E I S T H E
I R R E S I S T I B L U S

& T O O C O O L T O H O L D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: C'est dur d'être studieux... { feat. Daisuke M. ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 

C'est dur d'être studieux... { feat. Daisuke M. ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tohodai :: 
.Fin de l'Histoire
 :: 
CORBEILLE ”
 :: Sujets abandonnés
-
Sauter vers: