AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Sam 23 Oct - 22:09

    Beau soleil, belle journée, cours intéressants...Hein ? Non, pas intéressants du tout, surtout les cours qui duraient une éternité !
    2 heures de littérature japonaise, et 3 heures d'histoires, c'était trop , pour Asako. Elle appréciait ce qu'elle apprenait, elle appréciait sa filière, mais rester enfermé dans une salle de cours par un beau temps comme ca, c'était très peu pour elle !
    Heureusement que le lendemain elle avait une journée courte, sinon, elle n'aurait pas pû tenir comme ça. Le prof était tellement lent à expliquer les textes que les yeux d'Asako avaient menacé de se fermer plusieurs fois, et d'ailleurs la salle était remplie d'élèves qui ne faisaient que bailler. Passionnant hein ?
    Il était donc maintenant 13 heures, et Asako avait une faim de loup, elle était pressée d'aller à la cafét' pour pouvoir se remplir le ventre.
    Elle était sorti de son amphi en tête de file, pressée de s'aérer et de profiter de ce beau temps avant la reprise des cours. L'après midi, elle avait un cours d'histoire de l'art.

    Le matin même, Asako s'était réveillée avec un petit mail qui lui était adressé , c'était bien sur de la part de Kenta.

    «  To : Asako
    From : Kenta

    Bonne journée ! <3 »

    Rien qu'un petit message comme cela lui mettait du baume au cœur, elle avait été de bonne humeur jusqu'à son départ pour la faculté. Ce matin là , elle avait enfilé un jean slim noir, et un t-shirt noir, avec des inscriptions sur le devant, le tout accompagné de petits talons qui élançaient sa carrure.
    Beaucoup de garçons se retournaient sur son passage, mais Asako les ignorait, ils ne l'intéressait pas, et elle s'en fichait, elle avait déjà un petit ami et elle tenait vraiment à lui. Elle venait à la fac pour les cours, pas pour draguer, ni se faire draguer !

    Là , maintenant, elle marchait dans les couloirs très rapidement, tout en poussant les autres à s'enlever du milieu du couloir, son ventre criait famine, et la première chose qu'elle voulait, c'était mangé, mais avant ça, il fallait poser tous les livres qui pesaient une tonne dans son casier. Son casier ? Ah oui, là où elle rangeait tous ses livres de cours sans les sortir pendant une longue période, il n'était pas décoré, pas de photos, pas de petits trucs de filles, non, Asako n'était pas une « princesse » comme lui avait dit sa mère en la traitant de « princesse pourrie-gâtée ». Oui, elle avait traité sa fille de cette façon, et même bien pire, quand elle lui avait annoncé sa grossesse non désirée. Asako avait rêvé de pouvoir parler à ses parents librement, sans avoir mal au cœur, sans pleurer, mais en souriant, en se sentant soutenue, et épaulée. Au collège, beaucoup de personnes lui avait tourné le dos, et Asako n'avait pas énormément d'amis, du moins, elle n'en avait plus eu d'un seul coup. Ah si , un jeune garçon lui parlait toujours à cette époque là , Minami Daisuke, avec qui elle parlait encore aujourd'hui . D'ailleurs ce garçon savait pour elle, et pour Shunta. Lui et Asako étaient toujours en contact, mais beaucoup moins qu'avant. D'ailleurs elle savait qu'il était à Tohodai, dans la filière sciences pharmaceutique..Il y avait un fort lien avec la médecine là dedans. D'ailleurs à ce moment même, elle se demandait si Kenta et lui s'étaient déjà vu , ou avaient déjà fait connaissance . Dans ce cas là , cas serait un cauchemard, elle ne souhaitait surtout pas que cela arrive , ca serait un enfer ! Daisuke pourrait tout dévoilé à Kenta, et...Et... Non non , il fallait arrêter, il fallait arrêter de psychoter.. Combien de chances sur 100 y avait-il pour que les deux garçons se rencontrent et fassent connaissance ?

    Quelques minutes après être sorti de l'amphithéâtre, Asako était devant son casier, elle pris le cadenas et tourna les crans pour composer le code, et magie, le casier s'ouvrit.
    Elle pris les livres qui pesaient au moins une tonne, et elle les déposa dans son casier sans ménagement, se regarda quelques secondes dans la glace et elle referma vite fait son casier. Son ventre gargouillait méchamment, et une fille ayant entendu le bruit s'était retournée vers Asako et lui avait jeté un drôle de regard.

    La jeune femme soupira, et elle décolla de son casier pour descendre les marches qui menaient au réfectoire.. Et elle s'arrêta tout net quand elle vît une scène qui était déjà apparue dans ses cauchemards. Non, ce n'était pas possible, c'était une grosse grosse blague là !
    Devant elle, tranquillement, se tenaient son petit ami , avec son ami de longue date, tous les deux marchant tranquillement, en bavardant, rigolant, se chamaillant comme de vieux amis.

    « C'EST PAS VRAI ?! DITES MOI QUE C'EST UN CAUCHEMARD ?! » Demanda t-elle tout fort au milieu du couloir.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 185
A Tohodai depuis le : 18/10/2010
Double-compte : Ai pu .__.
Année d'études : Rookie desu~

MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Lun 25 Oct - 22:52

Minami Daisuke, du latin Irrésistiblus Daisukus; animal terrestre rare, nocturne, à poil ras, teint mâte et un taux de testostérone élevé. Vivant parfois jusqu'à cent ans, l'animal est connu pour son adaptation à tous les milieux, particulièrement audacieux voire même carrément coriace, surtout lorsqu'il s'agit de se faire une place parmi ceux de son espèce. Effectivement, l'animal vit toujours en meute dont il est, la plupart du temps, le chef. La saison des accouplements dure, chez lui, toute l'année, 24h/24. Animal connu comme étant particulièrement amical et attachant. Démonstrations d'agressivité et de mauvaise humeur sont quasi inexistantes. ............. Sauf quand un de ses congénères en fait vraiment trop... ou pas assez è__é

Qu'est-ce que Daisuke aurait voulu écrire ça dans son devoir de biologie !.. De un, pour prouver à ce prof à la mauvaise haleine qu'il valait tellement mieux que lui, parce que cette façon que ce scientifique raté recyclé dans l'enseignement avait de le regarder de haut l'agaçait au plus haut point. Et de deux, parce qu'il avait besoin d'extérioriser son agacement. Hier soir il n'avait pas eu sa dose d'adrénaline, et aujourd'hui cela se faisait sentir sur ses nerfs et se remarquait à son teint blanchâtre. Effectivement, les poches sous ses yeux ne présageaient rien de bon... Contrairement aux autres représentants de l'espèce humaine, Daisuke avait besoin de passer toute la nuit à bouger pour être en forme le lendemain ! Et la veille, il n'en avait tout simplement pas eu l'occasion. Enfin si, l'occasion était là. Mais il avait décidé de ne pas la saisir. Pourquoi ? Parce que son escort-boy personnel s'était refusé à l'accompagner où que ce soit, prétextant une raison bidon. Et Daisuke ne pouvait décemment pas y aller seul, s'enfiler trois bouteilles de whisky et espérer être capable de rentrer chez lui sur ses deux ! Et à part cet individu ingrat (ouais ouais è.é) tout juste mentionné, il ne faisait confiance à personne d'autre pour ce genre de choses, c'est-à-dire pour le ramener chez lui sain et sauf. Et c'est donc justement CHEZ LUI, à écouter son frère lire Guerre et Paix à voix haute, que Dai passa toute la soirée.

Tapotant des doigts sur la table de l'amphi et la joue appuyée contre sa main, le jeune homme fulminait !.. Bon, "fulminait" était peut-être un bien grand mot. D'accord, il n'était peut-être pas en colère, mais fortement blasé. Faute à ce fameux escort-boy, le fameux individu mystère, son "congénère de la même espèce"... Yamasaki !

« Yamasaki ! » - s'écria Minami au milieu du couloir, sortant en courant de la salle à la seconde où le cours fut fini, en voyant la tête de son soi-disant - et Dieu sait s'il le méritait, ce "soi-disant" en cet instant è__é - ami dépasser au milieu d'autres tignasses brunes qui se bousculaient dans le couloir. Ah ce frimeur ! Il le détestait de faire une demi-dizaine de centimètres de plus que lui. Surtout que là, tout de suite, il valait mieux qu'il fasse profil bas devant Minami Jr, tss. Mais lorsque Yamasaki se retourna enfin, interloqué par les hurlements du plus jeune, ses yeux exprimaient un tel calme, pour ne pas dire platitude, que Dai ne put que soupirer et se résigner à fermer sa grande bouche et se conduire en personne civilisée. Kenta avait toujours eu cet effet apaisant immédiat sur lui... Ils se complétaient en quelque sorte, et sûrement pour cette raison étaient de si bons et fidèles amis. Mais ce n'est pas pour autant que Dai allait le laisser s'en sortir aussi facilement.

En arrivant à sa hauteur, il passa un bras par-dessus l'épaule de son ami, et posa enfin la question qui lui brulait les lèvres depuis tout à l'heure, l'intonation de sa voix pleine de sous-entendus:

« Ben alors mon cochon ! Il s'est passé quoi hier ? Et pas d'excuse bidon s'il te plaît. J'ai l'impression que tu me prends pour plus bête que je ne le suis, ch'suis insulté là. »

Daisuke posait la question, mais en fait il avait déjà sa propre théorie quant à la réponse: une fille ! Qu'est-ce qui peut obliger un homme à mentir son meilleur ami ? Une femme ! Qu'est-ce qui peut empêcher un homme de sortir s'amuser comme bon lui semble ? Encore une femme ! Chez qui un homme peut passer toute la soirée, nuit et parfois même matinée en abandonnant son pauvre meilleur ami esseulé et malheureux au possible ?.. Bingo ! Une femme. Et jamais Kenta n'avait porté à la connaissance de Daisuke des informations sur une éventuelle petite copine et autres soupirantes... Insulté j'vous dis, IN-SUL-TÉ ! u__u Il préféra pourtant rapporter cette discussion à plus tard, se concentrant sur le sujet principal de sa rancune du jour:

« Tiens, au fait ! Par le pouvoir qui m'est conféré - c'est-à-dire pas grand chose, mais ce n'est qu'une question de temps avant que je devienne président - je te déclare 'taxi humain' pour, au moins, les deux prochaines semaines ! Taxi m'étant exclusivement réservé, il en va de soi... Si tu savais comme j'ai souffert hier T^T T'es un homme impitoyable Ken-kun ! » - grimaça-t-il, les yeux larmoyants et la voix tremblante. Un peu de drama-queen-attitude n'allait pas faire de mal. À coup sûr ça jouerait en sa faveur TuT

« Oui et hm... C'est quoi son nom, à la fille ? »

...Non, Daisuke n'était pas connu pour sa patience. Mais sa curiosité, si ! Et puis maintenant qu'ils étaient en plein sujet sensible, autant balancer toutes ses suspicions et autres suppositions. Mais avant qu'il ne puisse entendre la réponse de son ami, une autre tête qui lui était bien connue se dessina à l'horizon.

« Asa-chan ! »

_________________

C A U S E H E I S T H E
I R R E S I S T I B L U S

& T O O C O O L T O H O L D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Ven 29 Oct - 23:41

" Yamasaki ! "

La première fois, il ne réagit pas. Il n'était pas certain d'avoir entendu réellement son nom, le brouhaha qui régnait dans la pièce où se trouvaient les casiers était particulièrement saisissant. Le jeune homme finissait les cours et il avait besoin d'alléger son sac. Il avait une faim de loup et donc se hâta. La cafétéria l'attendait. Il était déjà treize heures et son ventre criait famine depuis deux bonnes heures. Le châtiment avait commencé dans l'amphithéâtre et avait attiré bon nombre de regards méprisants - en médecine, on ne doit pas perturber ses congénères èé. Toujours est-il que Kenta continua sa petite trotte en direction du hall, afin de sortir prendre une bouffée d'air frais avant de gagner ledit garde-manger. Mais les cris reprirent, et cette fois il décela son nom de famille pour de bon malgré la cohue bohue qui parasitait son système auditif douteux.
Alerte, le nippon se retourna. Il chercha une connaissance du regard, mais diffcile de déceler quelqu'un au milieu de toutes ces tignasses similaires. Et il n'avait pas l'ouïe assez développée pour reconnaître l'individu à la voix ...
Il allait renoncer en haussant les épaules, quand un poids tomba sur ces dernières. Un bras. Kenta fit volte-face et se retrouva nez-à-nez avec Daisuke. Une grimace déforma son visage : le connaissant, il allait lui faire comprendre à sa façon qu'il avait été un gros lâche de l'abandonner ainsi la veille. Et cela ne loupa pas. La tirade de Dai' sentait le reproche à plein nez, le pauvre kouhai se sentait offensé ! Kenta le regarda d'un air presque indifférent, encore bloqué sur le "mon cochon". Dans le genre surnom bidon, il aurait pu faire mieux. Et il eut une pensée pour ce pauvre Akira et son "A-ki-ra shock !" dans Nobuta wo Produce. Chassant vite les furtives images du drama de son esprit, il se ressaisit et s'adressa à son cadet de deux ans :

" Ecoute mon petit .... "

Mais non, Daisukus n'était pas décidé à le laisser en placer une ! Non mais je rêve, il lui demandait justification et se transformait l'instant d'après en un moulin à paroles ? C'était le monde à l'envers ! Et en plus il le proclamait taxi par je ne sais quel pouvoir de futur président, pendant deux semaines ! Mais ... Daisuke était-il seulement conscient que les trois quarts du temps libre de Ken' étaient dilapidés en heures de révisions ?! Apparemment non. Lui décidait de négliger ses études en pharmaceutique, tant mieux pour lui, mais ce n'était pas son cas personnel. Il voulait que sa mère le voie autrement que dans la peau d'un petit fêtard rentrant tard le soir et donnant des sueurs froides à sa génitrice. Il allait répliquer aussi sec mais encore une fois, il se fit couper dans son élan par la reprise de parole rapide de son vis-à-vis. Il se contenta ainsi d'ouvrir et de refermer la bouche telle une carpe, puis se renfrogna en entendant ce que son kouhai avait à lui dire. Et puis, il s'écria "Asa-chan", et son coeur rata un battement. Il pensa immédiatement à sa copine qu'il appelait ainsi. Daisuke avait sans doute aperçu une de ses amies dont le surnom était le même que pour Asako ...
Mais sa surprise se manifesta en grandeur nature lorsqu'il vit la tête d'Asako, figée comme du marbre, se dessiner dans son champ de vision. Elle venait de crier quelque chose qu'il n'avait pas entendu et fixait les deux camarades d'un air horrifié. Nani ?

" Bah ... Asa ? Reste pas plantée ici, viens-nous rejoindre ! " dit-il en agitant la main.

Il n'avait pas encore saisi que Daisuke et lui faisaient référence à la même "Asa-chan", et sa surprise n'avait été que de voir sa chérie. Après tout ils se croisaient rarement à la fac avec leurs horaires carrément convergents. S'il avait compris plus vite que Dai appelait sa copine si familièrement, il l'aurait tapé, et sur la tête afin de massacrer le dernier neurone qui lui restait dans sa caboche toute vide. Le sang avait été remplacé par l'alcool dans cette partie de son corps ! Bref. Avant qu'Asako n'arrive à sa hauteur, Kenta glissa à son camarade :

" Pour te répondre, la fille se trouve derrière toi et vient vers nous. "

La voilà. Kenta sourit, il ne s'attendait pas à devoir un jour présenter son camarade de beuverie pour oublier les cours à sa copine. Un peu mal à l'aise, car Daisuke manquait cruellement de tact et risquait à tous les coups de balancer une de leurs mésaventures nocturnes, il n'allait tout de même pas snober Asa, elle ne comprendrait pas et croierait qu'il lui en voulait pour la veille. D'ailleurs cette soirée il ne voulait pas y repenser, c'était un peu trop parti en live à son goût. Bref, il entreprit donc les présentations :

" Dai', voici Fuusaki Asako, ma copine. Asa-chan, je te présente Minami Daisuke, un bon pote avec qui je fais quelques soirées. "

" Et accessoirement le couillon qui nous a dérangés hier par mail !" omit-il de dire. Mais qu'est-ce qu'il aurait l'air con quand dans moins d'une minute, les deux lui annonceraient en riant qu'ils se connaissaient déjà ! Même si Asako n'avait pas l'air d'humeur à rire pour le coup, ce qui intrigua Kenta.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Dim 31 Oct - 20:09

    Sur combien de chances Asako pouvait-elle tomber sur son ami de longue date, et son petit ami, les deux discutant tranquillement , comme si eux même étaient des amis ?
    Une chance sur un million. Et elle avait eu cette chance là, à son grand malheur.

    Elle resta là , interloquée, pendant un sacré moment . C'était vraiment comme dans un cauchemar. Elle se sentait complètement désarçonnée. Elle connaissait Minami Daisuke depuis le lycée , et elle connaissait son « personnage » en quelque sorte. C'était un joyeux luron, très hyperactif, avec un sens de l'humour inné, et un côté « fêtard » très prononcé, il était également très sociable. Kenta aussi était sociable, mais il faisait beaucoup moins la fête à sa connaissance, et il était assez calme quand il était avec elle. Mais en même temps, elle ne l'avait jamais vu avec ses potes, alors il était normal qu'elle n'ai eu connaissance de cette relation entre Daisuke et lui que maintenant.
    Mais se connaissaient-ils depuis le lycée,alors que Daisuke était en seconde année et Kenta, en troisième année ? Avaient-ils fait connaissance à la fac grâce à leurs filières respectives ?
    Ohlala, la galère !

    La foule s'écarta un petit peu, tout le monde devait avoir la dalle à cette heure-ci, Asako resta plantée là , interloquée. D'ailleurs, les deux garçons se dirigeaient vers elle tout en rigolant...

    Et là , Daisuke la vît, au milieu de toute la « foule ».
    D'ailleurs en y repensant, elle ne l'avait pas vu depuis la rentrée...Elle n'avait pas non plus envoyé de message, Daisuke était quelqu'un «  d'occupé » et de « libéré », voilà, « libéré » c'était le mot pour désigné Minami-kun.

    « Asa-chan ! »

    C'est ce qu'elle pu lire sur les lèvres de Daisuke. Oui, il était quelqu'un d'hyper sociable, très sympa, très marrant, mais..Très tête en l'air ? Oui voilà, quelqu'un qui ne réfléchissait pas trop à ce qu'il disait, et c'est ca dont elle avait peur. Lui, il connaissait le secret de Asako.

    Kenta se retourna quelques secondes après, en lui jetant un regard interrogateur . Avait-il saisie ce qu'elle venait de crier au milieu du hall ? Elle espérait bien que non !

    " Bah ... Asa ? Reste pas plantée ici, viens-nous rejoindre ! " dit-il en agitant la main.

    Asako fît un sourire forcé , Ahah. Elle serra la anse de son sac à main, le stress , sûrement. Elle s'approcha des deux garçons, avec appréhension, elle ne savait pas ce qu'il pouvait lui tomber dessus après tout .

    Elle vît Kenta se tourner vers Daisuke, et lui dire quelque chose, et elle aurait bien voulu savoir quoi ? N'avez vous jamais eu envie de vous transformer en petite souris pour écouter les conversations des gens ? Ou alors en mouche , pour pouvoir tout espionner ? C'était l'envie qu'avait Asako à ce moment là.

    Elle arriva quelques secondes après, auprès de Kenta. Elle passa sa main autour de son bras, tout en lançant un regard insistant à Daisuke. Histoire de lui faire comprendre qu'il ne fallait rien dire. Mais celui-ci n'y ferait sûrement pas attention ! Bref, ça valait quand même le coup d'essayer !

    " Dai', voici Fuusaki Asako, ma copine. Asa-chan, je te présente Minami Daisuke, un bon pote avec qui je fais quelques soirées. "

    «Ah...Je vois ! Vous faites «  quelques soirées » alors ? » Dit Asako en regardant Daisuke, et Kenta avec un sourire «  C'est...Ano...Super ! » Elle fît une pause «  En fait on se connait déjà ...Depuis le lycée ! » Dit Asako

    En fait, elle cachait sa boule au ventre par un sourire très coincé. N'importe qui aurait pû voir qu'elle fesait semblant de sourire.

    «  Ça faisait longtemps, Minami-kun » dit-elle, avec un autre grand sourire.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 185
A Tohodai depuis le : 18/10/2010
Double-compte : Ai pu .__.
Année d'études : Rookie desu~

MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Lun 1 Nov - 1:39

« ...je peux le toucher. »

Gardant une expression énigmatique, la dénommée Fuusaki, comme l'indiquait l'inscription sur son sac scolaire, approcha son ventre arborant les premières rondeurs d'une grossesse vers la main tendue de Minami, tout sourire.

Au Japon, cela ne se faisait pas vraiment que de tripoter le ventre d'une amie, enceinte ou pas, à moins que ce ne soit la petite amie de l'intéressé. Et encore ! Mains baladeuses = seulement après dix ans de mariage et trois gosses de faits minimum !.. Mais Asako n'avait jamais été comme ça, le genre de fille rentrant dans les normes de la société. Et c'est sûrement pour ça que Daisuke l'appréciait tellement. Elle avait été son... coup de coeur, par ainsi dire, depuis le tout début de leur scolarité, passée ensemble depuis. Pourtant, son attitude plutôt froide pouvait dissuader les autres de l'approcher........ Trop peu pour Minami l'Intrépide ! Les personnages 'hors norme' l'ont toujours attiré, sûrement parce qu'il en été un lui-même. Et lorsque cette fameuse amie eut la surprise de se retrouver avec une 'petite graine' plantée dans son jardin après une malencontreuse aventure avec le goujat du lycée, il fut le seul, ou presque, à ne pas la laisser tomber. Entre atypiques, il fallait se soutenir. Pour le plus grand bonheur de Dai qui trépignait déjà d'impatience de devenir le tonton Daidai.

« Je pourrai le garder ?! Je veux dire... Tu devras travailler et tout ça, et il faudra bien que quelqu'un s'occupe de bébé. Alors, je me disais que... »
« Non. »
« Hein ?.. »
« Non ! Je suis sûre que, même tout juste né, ce bébé sera déjà bien plus responsable que toi ! Alors hors de question. »
« Heeeeeeee ?! »


...Oui, elle avait toujours été comme ça. Franche, honnête. Cash ! Et Daisuke adorait ça.
* * *
Pourtant, la fille qui se tenait aujourd'hui devant lui n'avait rien de cette vieille amie du lycée, respirant d'habitude l'assurance, ou alors l'indifférence envers les autres. Non, là tout de suite, l'air anxieux, son regard naviguait frénétiquement de Daisuke à Kenta, et vice versa. Un regard presque apeuré, si peu habituel à la jeune femme depuis toutes ces épreuves qu'elle avait traversées. Il en grimaça, se demandant ce qui pouvait bien l'avoir mise dans cet état. Et à vrai dire, et même s'il en avait un peu honte, Dai avait de quoi réfléchir: cela faisait un sacré bout de temps qu'ils ne s'étaient pas vus et il ignorait tout ou presque de la vie actuelle de la jeune maman. Même le fait qu'elle étudiait, elle aussi, à Tohodai, lui était complétement sorti de la tête.
Mais il ne manqua pas d'afficher son sourire perfect white, malgré sa légère inquiétude, en s'approchant de la jeune femme, toujours accroché à l'épaule de son acolyte. L'acolyte dont il avait ignoré les dernières révélations, dont les réponses à ses questions - ce qui était, certes, bête, mais tout à fait le genre de Dai lorsqu'il menait une conversation avec quiconque - qui ne tarda pas à prendre parole, dès qu'ils s'approchèrent de la demoiselle:

« Dai', voici Fuusaki Asako, ma copine. Asa-chan, je te présente Minami Daisuke, un bon pote avec qui je fais quelques soirées. »

Les yeux ronds, c'était au tour de Daisuke de faire naviguer ses yeux de l'un de ses amis à l'autre. Y avait un truc qui tournait pas rond là... Ken et... Asa... du genre...

« Heeeeeeee ?! »

Mais avant qu'il ne puisse formuler une phrase correcte, annonçant à son Ken-kun d'acolyte que la jeune femme devant eux lui était tout sauf inconnue, ce fut cette dernière qui décida de faire entendre sa voix:

« Ah... Je vois ! Vous faites "quelques soirées" alors ? C'est... Ano... Super !.. En fait on se connait déjà... Depuis le lycée ! Ça faisait longtemps, Minami-kun »

« C'est le cas de le dire ! » - hurla alors Dai dans tout le couloir, l'air émerveillée. Non pas seulement parce qu'il revoyait une vieille amie qui lui était chère, mais parce qu'une fois la surprise passée, l'idée d'avoir ses amis les plus proches en couple ne lui semblait pas tellement mauvaise. À trois la fête est plus folle !.. Bon, point négatif: à la moindre engueulade, ce sont toujours les amis communs qui départagent un couple, et dans ce cas-ci c'est Daisuke qui se trouvait être l'ami commun des deux... Mais ses conseils matrimoniaux avaient si mauvaise réputation - et vu sa vie amoureuse on ne s'en étonne que très peu - qu'il pouvait être sûr de ne pas être inquiété.

« N'empêche, Ken-kun, une fois de plus nous avons la preuve que toutes les filles passent d'abord par Dai le Grand, avant d'être approchées par d'autres garçons, en l'occurrence Toi le Petit ! »

Non, le fait que Yamasaki soit obligé de plier les genoux pour être à la hauteur (bassesse ?) de Dai ne dérangeait aucunement ce dernier... Son bras toujours confortablement installé sur l'épaule de son ami, il continuait son éloge, voguant son bras de gauche à droite, philosophant sur une énième théorie de la pesanteur Daisukienne: tous les corps étaient attirés non pas principalement par la terre, mais par lui d'abord ;D Et même quand ses relations avec une fille restaient purement amicales, il avait quand même été là avant tout le monde ! Mais Dai n'était pas égoïste: tout le monde avait droit à son quart d'heure de gloire dans l'histoire:

« Mais tu sais, bravo ! Je ne te connaissais pas aussi mature. Pendant que les jeunes de ton âge courent les boites de nuit - sans vouloir donner de noms uh uh - toi t'assures une vraie vie de famille. J'admire ! Vraiment. » - lança-t-il à Yamasaki, l'air de rien.

Quelqu'un qui serait en train d'observer le trio ne comprendrait sûrement pas un traitre mot de ce que venait de débiter Minami. Ou, tout du moins, n'en comprendrait pas le sens... Asako avait toujours préféré garder sa maternité secrète, ce pourquoi personne à l'université n'était au courant pour son fils, Dai en était sûr. C'était déjà comme ça il y quelques années. Mais lui-même et Ken faisaient partie des privilégiés... Enfin, c'est ce que Dai croyait, ne remarquant pas la soudaine lueur de panique qui brilla dans les yeux d'Asako. Il tapota juste l'épaule de Yamasaki, le délivrant enfin du poids de son bras, accompagnant son geste d'un sourire complice.
Certes, Dai avait promis de ne révéler le secret d'Asa à personne, et jusque là il avait tenu bon. Mais si elle ne prenait même pas la peine de lui dire qu'il était le seul de ses amis à être au courant pour l'enfant, il faudrait pas lui en vouloir pour sa langue trop longue et trop bavarde...

_________________

C A U S E H E I S T H E
I R R E S I S T I B L U S

& T O O C O O L T O H O L D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Mar 2 Nov - 12:21

[Ok c'est merdique m'en voulez pas =D]

Daisuke ne sembla pas écouter un traitre mot de ce que lui dit Kenta à voix basse pendant qu'Asako arrivait. Le nippon n'était pas plus surpris que ça, Dai posait toujours d'innombrables questions et n'en écoutait jamais les réponses. En attendant, il parut avoir une absence qui fut vite chassée par l'arrivée d'Asako à leur hauteur. Ken s'empressa de présenter maladroitement les deux protagonistes histoire que la rencontre soit claire dès le début. Kenta avait donc dit à Daisuke qu'Asako était sa petite amie, comme ça s'il n'avait effectivement pas prêté attention à ses messes basses il serait quand même mis au parfum. Quant à Dai, il l'avait présenté en tant que pote de soirées. Il n'entra pas dans les détails, car même si les deux amoureux commençaient à bien se connaître, ils avaient chacun leur petit jardin secret. Asa gardait pour elle un lourd secret qu'elle n'était pas prête à révéler apparemment, et ça il le savait depuis hier, quant à lui il n'avait jamais décrit le contenu des soirées étudiantes auxquelles il assistait quand son travail le lui permettait.
En tout cas la révélation comme quoi Kenta et Asako formaient un couple plus ou moins heureux sembla fortement déstabiliser notre joyeux luron national. Le cri de stupeur qu'il poussa le confirma. Le nippon lui lança un regard désespéré, du genre "faut toujours que tu te payes une réaction excessive toi !", puis reporta son attention sur sa copine qui s'apprêtait à parler. Et ce ne fut pas sans surprise.
Asako venait de révéler à Kenta que Daisuke et elle étaient des amis de longue date. Ils s'étaient même connus avant leur rencontre à eux ! Ce fut au tour du jeune homme d'écarquiller les yeux. Seulement contrairement à Dai' il garda la bouche fermée, se contenant d'exprimer son immense étonnement à travers l'expression de son visage. D'un côté, il était incapable de piper mot, il était bouche bée. Il se sentait terriblement con d'avoir fait les présentations à deux personnes qui se connaissaient avant même que lui ne soit entré dans leur vie à tous les deux. Il aurait pu s'épargner le ridicule si l'un d'eux avait pris la peine de le renseigner plus tôt.

" C'est ça, il nous arrive de sortir le soir. C'est fort que vous vous connaissiez tout de même ! Si on avait du parier là-dessus, j'aurais sans doute perdu. "

Il avait été un peu sec pour le coup. Non, il n'était pas en colère, mais cela le surprenait tout de même un peu que ces deux-là se connaissent depuis quelques années déjà. Elle n'avait pourtant jamais réagi lorsqu'il prononçait à répétition le prénom Daisuke lorsqu'il recevait des mails ! Mais d'un côté c'était un prénom répandu, cela avait du évoquer des souvenirs pour elle mais elle n'en avait pas fait part. Quant à Dai', il avait des fréquentations que Kenta ne connaissait pas, et ce dernier restait assez discret sur sa vie privée et son ami de soirée n'était même pas au courant qu'il avait une copine. Et puis c'était difficilement décelable, à la fac ils ne se croisaient que peu, et sinon Kenta avait le nez dans ses formules ultra compliquées.
Il se remit de la nouvelle et entendit Daisuke crier. Dans le genre discret, on avait connu mieux ! Mais son vis-à-vis n'était pas connu pour sa discrétion mais plutôt pour son exagération des faits. Il aimait bien tout faire en grand, et parfois Kenta l'admirait d'avoir autant de cran d'affronter la vie sans foi ni loi. Lui, se posait nombre de questions à chaque fois qu'il avait un projet, il portait une certaine attention au regard d'autrui ... Mais parfois il se disait qu'être aussi exubérant que Minami devait à la longue être épuisant pour son entourage, et préférait être spectateur qu'acteur.

Puis Daisuke ne put s'empêcher de faire une remarque du genre ... Pas pertinente du tout. Comment ça les filles passaient toujours par lui en premier ? Cela signifiait que son ami était sorti avec Asako durant le lycée ?! Kenta fronça les sourcils, il n'avait aucune raison d'éprouver rancœur ou jalousie, puisque si cette hypothèse se révélait vraie, cela s'était passé avant qu'il ne rencontre les deux étudiants. En gros, comprenez juste que Kenta avait interprété la remarque de son ami à sa sauce et était maintenant persuadé que Dai avait courtisé Asa avant lui. Seulement il décida de ne pas en tenir rigueur, en tout cas pas maintenant, il aurait tout le loisir de le cuisiner plus tard, et se contenta donc de réagir à sa petite boutade :

" On peut savoir qui tu appelles "Toi le Petit" ? " dit-il avec un sourire narquois tout en se plaçant à côté de Daisuke. " Si je fléchis les genoux, je verrai peut-être le monde à ton niveau, tu ne crois pas ? "

Ken dépassait son camarade d'une bonne tête. Et même si ce dernier prenait un malin plaisir de l'appeler petit au sens figurée de la chose, le nippon aimait tout de même lui rappeler qu'il le dépassait en taille et en âge. Tout de même, Kenta avait deux ans de plus que Dai', et Asako aussi d'ailleurs. Comment s'étaient-ils rencontrés ? Il était bien curieux. Cependant il n'eut pas trop le temps de s'en préoccuper davantage que déjà Daisuke enchaînait. Il se concentra sur chaque mot prononcé par son ami, car à ce stade le moindre détail comptait à ses yeux. Mais ce qu'il dit le rendit vraiment perplexe, il ne comprenait pas où Daisuke voulait en venir.

" Une vie de famille ? Hahah tu m'fais marrer, tu veux dire une vie de couple hein ! T'as de ces façons de dire les choses dis donc ! "

Qu'est ce qu'il parlait de maturité ? Maintenant sortir avec une fille à vingt ans était une preuve de maturité ? Était-il mature parce qu'il ne se tapait pas une fille -ou un mec- différent(e) chaque jour comme lui ? Bizarre ... Franchement, la tirade de Daisuke n'avait pas de sens.

" Et tu sais très bien que je sors, quand je n'étudie pas ! A moins que tu sois trop bourré pour remarquer que c'est souvent moi qui te ramène en plein milieu de la nuit ne !"

Il s'emportait un peu, parce qu'il n'aimait pas ne pas comprendre une situation. Et avec tout ça, il n'avait même pas porté une infime attention à l'attitude de sa petite amie. En attendant que Dai réagisse, il reporta son attention sur elle, agrippée à son bras. Il remarqua alors sa mine déconfite. Son teint était plus blanc que d'ordinaire, elle avait le regard fuyant et sembler surveiller Daisuke de très près. Avait-il encore loupé un épisode ? Décidément, entre hier et aujourd'hui, ce n'était pas sa veine !

" Tu est toute pâle Asa ... Tu vas bien au moins ? "

Et si c'était à cause de leur dispute de la veille ? Et si ça la tourmentait, depuis qu'ils s'étaient quittés pour aller en cours ce matin ? Et si et si .... D'ailleurs ce n'était pas lui qui se disait à lui-même pas plus tard que hier que si l'on construisait sa vie avec des "si" on ne s'en sortirait jamais ?
Ouh la la, cette situation peu banale le dépassait ...
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Jeu 4 Nov - 14:43

    Asako se souvînt d'une conversation spéciale qu'elle avait eu avec Daisuke , quand ils étaient au lycée. Cela fesait quelques mois qu'elle avait appris sa grossesse, mais ne savait pas le sexe du bébé. Une fois, alors qu'elle discutait avec Minami-kun, celui-ci lui demanda s'il pouvait toucher son ventre.
    Asako avait accepté, oui, elle ne rentrait pas dans la norme. Elle avait toujours fait un petit peu peur aux gens, à cause de sa beauté froide, elle ne paraissait pas sympathique, mais antipathique et associable. Cependant, quand quelqu'un lui parlait, elle était très gentille, elle était à l'écoute, patiente..
    Daisuke avait donc toucher son ventre. A vrai dire, ce fût le premier garçon à le faire. La jeune femme s'était approché, et Daisuke avait posé sa main sur son ventre, avec un grand sourire . Il était bizarre, ce Daisuke, très culotté, mais Asako aimait ça, elle n'avait jamais vu quelqu'un d'aussi énergique , et amusant que lui.
    Ensuite, il avait demandé si oui ou non, il pourrait garder le bébé , une fois qu'il serait né, en prétextant qu'Asako devrait travailler, et étudier . Celle-ci avait été franche et avait répondu un « Non » ferme, en lui expliquant que ce bébé était beaucoup plus responsable que son « oncle » de substitution, même si il n'était pas encore né. Mais en même temps, Daisuke ne l'avait pas mal pris, et elle avait été reconnaissante à ce propos.

    Elle revînt à la réalité, oui , Daisuke venait de gueuler dans tout le couloir, et pas discrètement en plus !


    « Heeeeeeee ?! »


    Oui, ce fût la réaction qu'il eu quand Asako s'accrocha au bras de Kenta. Ils avaient vraiment tout l'air d'un couple. Asako fît un petit sourire, Daisuke était toujours aussi bruyant , et il n'avait pas changé, même physiquement, il n'avait pas pris un seul centimètre, décidément, il n'y avait plus d'espoir quand à sa taille.

    " C'est ça, il nous arrive de sortir le soir. C'est fort que vous vous connaissiez tout de même ! Si on avait du parier là-dessus, j'aurais sans doute perdu. "

    «  Oui , c'est «  fort » » Dit Asako «  Ça me surprend un peu aussi... »

    Et là , ce fût la première connerie de Daisuke, était-il toujours aussi irréfléchi et irresponsable ? Apparemment oui !

    « N'empêche, Ken-kun, une fois de plus nous avons la preuve que toutes les filles passent d'abord par Dai le Grand, avant d'être approchées par d'autres garçons, en l'occurrence Toi le Petit ! »

    Bon sang ! C'était pas possible, il pouvait pas la fermer cinq minutes ? Asako , patiente ? Laissez-moi rire ! Pas dans ce genre de situation ! Kenta pouvait très mal interpréter ce que Daisuke venait de dire! «  Toutes les filles passent d'abord par Dai le Grand » Ahah ! Non non, Asako n'était pas sortie avec lui, ils étaient tout simplement amis ! Elle ne manquerait pas de le sermonner un peu plus tard à l'aide de son téléphone portable.
    Une minute après , Daisuke fît une autre boulette, beaucoup plus grave celle-là , qui n'était pas amusante du tout !

    « Mais tu sais, bravo ! Je ne te connaissais pas aussi mature. Pendant que les jeunes de ton âge courent les boites de nuit - sans vouloir donner de noms uh uh - toi t'assures une vraie vie de famille. J'admire ! Vraiment. » - lança-t-il à Yamasaki, l'air de rien.

    Le cauchemar se transformait en Enfer ! Oui, l'Enfer, c'était le mot. «  Une vraie vie de famille » il devait donc croire que Kenta et Asako s'occupaient ENSEMBLE de Shunta, or, Asako n'avait même pas mis Kenta au courant de son petit secret.
    D'un seul coup , elle eu chaud, très très chaud. Elle blêmit, et sentait ses jambes fléchir, mais heureusement elle était encore assez éveillée pour ne pas s'écrouler.
    Elle serra le bras de Kenta davantage. C'était de la colère, mais aussi de la peur.

    « Euh non...C'est pas... » Commença Asako, qui fût bientôt coupée par Kenta.

    " Une vie de famille ? Hahah tu m'fais marrer, tu veux dire une vie de couple hein ! T'as de ces façons de dire les choses dis donc ! "

    C'était drôle dit donc, tellement drôle que Asako riait jaune intérieurement.

    Ensuite, les deux jeunes garçons continuèrent la conversation de façon amicale.

    " Et tu sais très bien que je sors, quand je n'étudie pas ! A moins que tu sois trop bourré pour remarquer que c'est souvent moi qui te ramène en plein milieu de la nuit ne !"

    Donc, Kenta accompagnait souvent Daisuke en soirée, dans les boîte, à des fêtes, et lui servait occasionnellement de taxi ? Ah , d'accord. Cela n'étonnait point Asako, car elle connaissait l'Irresistiblus Daisukus, depuis un certain temps. En fait il avait toujours été comme ça, et il l'était encore plus, maintenant qu'il était étudiant . Les fêtes d'intégration, tout ca tout ca, ca devait le connaître ! Et ca n'étonnait pas non plus que Kenta sorte aussi, il avait le droit après tout, faire la fête devait l'aider à décompresser, elle n'allait pas lui en vouloir pour ça.
    Kenta ouvrit une seconde fois la bouche, ce qui réveilla Asako, perdue dans ses pensées, elle s'inquiétait de la tournure des évènements, tout lui faisait peur, là ! Est-ce que Daisuke allait parler de Shunta, allait-il lui demander comment allait le petit ?
    Si il le faisait, elle simulerait un évanouissement, en fait, peut-être qu'elle n'aurait même pas besoin de le simuler, tellement elle était stressée !


    " Tu est toute pâle Asa ... Tu vas bien au moins ? "

    Elle secoua légèrement la tête, et posa sa main sur sa joue, avant de laisser tomber son bras. Elle avait envie de le remercier pour lui avoir fait remarquer que non, elle n'était pas invisible.

    «  Euh...Ouais, ca va...J'ai juste un coup de froid, mais ca va passer... » dit-elle avec une petite voix.

    Elle regarda Daisuke dans les yeux et se mordit la lèvre. Une très mauvaise habitude qu'Asako avait, quand elle était très inquiète , d'une certaine manière, se mordre les lèvres lui permettait de déstresser.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 185
A Tohodai depuis le : 18/10/2010
Double-compte : Ai pu .__.
Année d'études : Rookie desu~

MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Ven 12 Nov - 1:28

« A moins que tu sois trop bourré pour remarquer que c'est souvent moi qui te ramène en plein milieu de la nuit ne ! »

Et à moins que tu ne sois un traitre pour me lancer cette remarque devant une amie que je n'ai pas vue depuis des mois, tu te la serais fermée èé
Daisuke tiqua un peu malgré lui devant ce reproche -ou tout du moins ce qu'il prit comme tel-, lançant un regard noir machinal à son ami. Et pourtant se prendre la tête pour des broutilles, tellement leurs caractères différaient, était devenu une habitude pour les deux jeunes. Cette différence était aussi ce qui les avait rassemblés: Ken refrénait les ardeurs de Minami lorsque c'était nécessaire, alors que lui donnait du peps à la vie du plus vieux. Mais en l'occurrence, les déboires de Dai, ça ne concernait qu'eux. Pas besoin d'étaler ses plus grosses hontes aux yeux de tout le monde. Et surtout pas s'en servir comme prétexte pour se jeter des fleurs devant sa copine. Oui, Dai voyait clair dans son jeu èé

Et pourtant le pire n'était pas encore arrivé................. Là, tout de suite, était-ce dû à un nerf coincé, ou Yamasaki venait vraiment d'afficher cet air supérieur insupportable sur sa figure ?................. Un ange passa. Ou plutôt un courant d'air glacé, sifflant aux oreilles de Dai comme l'annonciateur d'un duel imminent. Géant versus nain. Yeux-de-poisson contre puppy-eyes. Châtain pas franchement terrible -as for Dai- contre brun tellement seksi (as for Dai...).
Dans la seconde où ces pensées dignes de l'intellect hors norme que possédait Minami s'insinuèrent dans son esprit, les images de tous les westerns qu'il avait vus depuis sa naissance remontèrent à la surface. Parfait, elles allaient lui servir de guide. Puisqu'apparemment il se trouvait, là, dans une situation semblable aux scénarios habituels: lui le gentil, son ami le traitre, et la belle du traitre divisée entre deux camps... Une ambiance de Far West s'installa dans le couloir, le vidant comme par enchantement de tous ces élèves qui fourmillaient sans but ici et là, laissant nos trois protagonistes seuls. Et d'un côté c'était tant mieux: il fallait éviter de faire des victimes innocentes... Minami-le-gentil tapota la poche de son jeans, tel un Clint Eastwood bridé, à la recherche du fameux revolver, prêt à dégainer devant tout nouvel affront de la part de Yamasaki-le-méchant. Oui, sa façon de le regarder de haut -et pas seulement dans le sens physiologique de terme- avait été un affront à la dignité Daisukienne, ou tout du moins c'est comme ça qu'il l'avait perçu. Un reproche camouflé en remarque sarcastique, le genre que Dai ne supportait pas. Si ça le dérangeait tellement de servir de boussole humaine au pauvre alcoolo qu'était Minami –puisqu'apparemment c'est ce qu'il était aux yeux de son ami– il avait qu'à le lui dire de but en blanc ! Et de préférence lorsqu'ils seraient seuls. Surtout que dans l'histoire Yamasaki n'était pas non plus blanc comme neige... Oui, Daisuke s'en servait comme d'un taxi. Oui, il s'en servait aussi comme d'un poteau aux heures les plus difficiles, où tenir debout devenait pour lui une tâche ardue. Mais ce n'était pas la peine de dépeindre le tout devant Asako...

Bon, ce revolver, il venait ou quoi ?!............. Et Dieu sait ce que Minami en aurait fait s'il en avait vraiment trouvé un. Heureusement on ne le saura jamais, puisque la seule « arme » que le brun réussit à dénicher derrière le tissus rêche de son pantalon fut les quelques emballages des bonbons au caramel qu'il avait mangés pendant les cours de la matinée............................... C'était donc ça qui lui collait aux dents depuis une heure ! *j'arrivais, mais j'ai croisé un canard, alors je l'ai suivi...* Ah, il était vraiment trop facilement distrait. Ou alors était-ce dû au fait qu'il n'arrivait pas à rester rancunier bien longtemps ? Quelques minutes, tout au plus. Ses idées de vengeance étaient déjà passées au second plan...

Le bruit insupportable des étudiants qui s'affairaient à leurs occupations redevint roi, faisant s'envoler le Far West et autres ambiances chevaleresques, ramenant le « gentil » dans le monde réel. Yamasaki ne semblait même pas avoir prêté attention aux envies de meurtre de ce dernier, trop occupé avec sa petite-amie, à s'adonner à cette tendresse niaise que Daisuke détestait par-dessus tout. Il savait maintenant pourquoi il ne se mettrait jamais avec quelqu'un pour une durée dépassant celle d'une nuit !.. Cela étant dit, il y avait plus expressifs que ces deux-là. Entre Kenta le flegmatique et Asako la dame des neiges, il y avait de quoi observer un beau spectacle ! Minami en gloussa discrètement, avant de se reprendre lorsqu'il entendit la voix de son ami:

« Tu est toute pâle Asa ... Tu vas bien au moins ? »

Et c'est se montrant très mature que Daisuke mima la question de l'ainé dans sa barbe. Au point où il en était, de toute façon, il devait bien s'occuper d'une façon où d'une autre... Le sentiment d'être atteint du syndrome de l'interlocuteur fantôme devenait de plus en plus concret. Vous savez, quand on est là physiquement, mais qu'on a depuis longtemps disparu aux yeux de tout le monde... Ou alors quand quelqu'un essaye de vous faire savoir par un simple regard que votre présence est superflue........... Le genre de regard que lançait Asako:

« Euh...Ouais, ca va...J'ai juste un coup de froid, mais ca va passer... »

Se mordant la lèvre, une habitude qu'elle avait depuis le lycée, la jeune fille n'avait pas vraiment été subtile. Une autre personne que Dai aurait compris que quelque chose clochait, qu'il y avait quelque chose qui la préoccupait à cet instant... Mais 'pas subtil' reste quand même trop subtil pour Minami, qui, comme à son habitude, n'entendit que ce qui lui était utile:

« Coup de froid ? O__O ... Tu sais, si t'as besoin de te soigner -de te ressourcer, prendre un week-end de libre, aller observer les bébés phoques sur la banquise- tu peux compter sur moi pour garder Shun-kun ! Tu connais mon numéro *0* »

Était-ce parce qu'il était encore un enfant au fond de lui-même, ou parce que son QI coïncidait parfaitement avec celui d'un gosse de cinq ans, mais Minami Jr avait toujours aimé les petits. Quand il aura une femme, dans une cinquantaine d'années donc, il en aura une bonne dizaine ! Du nom de... Norio, tiens. Tous !.. Des images idylliques se dessinaient déjà dans sa tête, lorsqu'un bruit "intérieur" vint perturber le beau tableau. Grimaçant sous la légère douleur, il posa une main sur son ventre avant de lancer:

« Bon, je sais pas vous, mais je vais pas rester là jusqu'à la fin de la pause. J'ai la dalle moi T.T »

_________________

C A U S E H E I S T H E
I R R E S I S T I B L U S

& T O O C O O L T O H O L D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Ven 12 Nov - 22:46

Asako avait froid. Pourtant Kenta n'avait senti aucun courant d'air autour de lui, dans le couloir. Bien sûr il n'était pas assez fin d'esprit ou alors trop préoccupé par l'attitude révoltante de Daisuke pour comprendre que la jeune femme avait froid, mais pas physiquement. Elle se sentait juste mal et lui était sérieusement à côté de la plaque.
En tout cas Ken ne savait pas vraiment ce que trafiquait son ami mais il tirait des têtes étranges depuis un moment, faisant des mimiques qui lui faisaient penser aux films de Western. Dans ce genre de moments, le nippon n'aurait franchement pas aimé être dans la tête de son vis-à-vis ! Il avait l'air de se jouer tellement de films en même temps que ce devait être une sacrée pagaille dans son cerveau. Déjà qu'il mettait son temps pour se mettre en route, si en plus il ouvrait plusieurs fenêtres en même temps cela risquait de ramer très vite.
Le couloir se vidait peu à peu de ses élèves, en général les étudiants ne passaient pas le plus clair de leur temps le nez dans leurs casiers. Kenta lui-même n'avait rien à faire ici, ne serait-ce qu'assister sans comprendre à la scène qui était en train de se dérouler. Déjà il lui avait fallu encaisser le fait que les deux personnes en face de lui se connaissaient. Il avait dû passer pour un sacré benêt en les présentant l'un à l'autre un peu plus tôt.
Mais c'était étrange tout de même, entre un couple, deux potes de soirées et deux amis de lycée, l'ambiance ne devrait pas être si pesante, si ? Si on les mettait deux à deux, l'ambiance était au beau fixe. En effet Asa et Ken étaient un couple et s'appréciaient, ce qui espérons-le était normal. Ken et Dai se chamaillaient de temps à autre pour des broutilles mais c'était monnaie courante entre eux, ce n'était que simple camaraderie taquine. Seulement le jeune homme n'avait aucune idée du lien qui unissait les deux étudiants. Etaient-ils en bons termes à l'époque du lycée ? Il opterait plutôt pour cette solution, après tout ils ne s'étaient pas évités en s'apercevant dans le couloir. Dai l'avait appelée "Asa-chan", ils devaient avoir une certaine proximité. Et puis elle avait dit "ça faisait longtemps" ... Oh et puis merde, il en avait marre de cogiter.

« Coup de froid ? O__O ... Tu sais, si t'as besoin de te soigner -de te ressourcer, prendre un week-end de libre, aller observer les bébés phoques sur la banquise- tu peux compter sur moi pour garder Shun-kun ! Tu connais mon numéro *0* »

Shun-kun ? Garder ? Kenta écarquilla les yeux. Qui était ce dénommé Shun ? Il avait manqué un sacré épisode, là. Il se creusa la tête un instant avant d'intervenir, mais rien à faire. Garder ... Cela lui faisait penser à un enfant. Mais Asako n'avait pas d'enfant ! Mais peut-être que sa grand-mère était nounou et que les week-ends Asako l'aidait ? Mais alors la tirade de Daisuke n'avait aucun sens, si elle décidait de sortir prendre l'air sa grand-mère se débrouillerait très bien seule. mais alors, qui était ce Shun ?!

" Euh, j'ai bien peur d'avoir raté un épisode là . . . C'est qui " Shun-kun " ? "

Cette rencontre semblait tourner au vinaigre. Kenta ne savait pas pourquoi un peu plus tôt, Dai s'était pris pour un cow-boy du FarWest. Il l'avait également fusillé du regard, il n'avait sans doute pas apprécié les remarques de son camarade. Bon ok, Kenta avait oublié de faire sentir l'humour dans sa phrase mais il avait été irrité par la blague de mauvais goût sur le "Toi le petit". Enfin bref l'ambiance était électrique aujourd'hui entre les deux garçons et la tension qui se faisait ressentir entre eux était nouvelle, on sentait de l'appréhension provenir des deux étudiants. Il leur arrivait de se chambrer, de se disputer gentiment, mais rien de méchant. Pourtant là cela semblait différent. Plus sérieux à vrai dire.
Et aussi, pourquoi Asa affichait-elle cette mine déconfite ? Pourquoi lançait-elle des regards désespérés au brun ? Parce que oui il les avait remarqués ces regards anxieux, ce mordillage de lèvre qu'il connaissait par coeur, à chaque fois qu'elle était mal à l'aise ... Ou qu'elle avait quelque chose à cacher. Il n'avait pas encore tout à fait digéré la dispute de la veille, même si elle s'était vite transformée en bataille d'oreillers. Et il fallait remettre ça aujourd'hui ? Si ça se trouvait, le sujet était le même. Et Daisuke savait quelque chose que lui ne savait pas ? Perplexe, il allait parler quand Dai annonça qu'il avair faim. Il fronça les sourcils, et lança, glacial, sentant qu'il y avait anguille sous roche depuis le début et que dans l'histoire c'était lui le plus perdu :

" Tu n'iras nulle part sans m'avoir expliqué la situation, j'ai horreur de ne rien comprendre et c'est ce qui se passe là. "

Il regarda tour à tour son ami et sa copine, faisant balancer son regard entre l'un et l'autre, plusieurs fois. Il poussa un léger soupir et ajouta :

" Toi aussi Asa, tu m'as l'air d'en savoir plus que moi. "

[c'est Naze, c'est court, désolée --"]
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Sam 13 Nov - 13:44

    Coup de froid. Ce fût la seule idée qui lui arriva en tête, pour excusé le fait que son visage était devenu blanc comme un linge, à cause de la peur, bien entendu.
    Le fait que Daisuke parle un peu trop la dérangeait énormément, elle avait envie de lui crier un énorme « Urusai  ! » dans la figure. Mais en même temps, n'aurait-elle pas fait la même chose si elle avait été à sa place ? Il ne savait rien du tout de la situation d'Asako aujourd'hui, et ne pouvait pas deviner, si on ne lui disait rien.
    Mais là , elle avait vraiment envie de fuir. Surtout que l'atmosphère entre Daisuke et Kenta était devenue pesante. Apparemment, Daisuke n'avait pas accepté le fait que son compère le traite de « petit », il devait détester qu'on lui dise ces choses là.
    Il s'était préparé à faire le cow-boy, comme si il était dans un western. D'ailleurs, on s'y serait cru si les trois jeunes gens n'étaient pas entourés de casiers en fer.
    Depuis le début de leur conversation, tout le monde avait déserté afin de se remplir le ventre à la cafèt. Ça avait été le but premier d'Asako , avant qu'elle ne soit stoppée et stupéfaire de ce qu'elle avait vu.

    D'abord Kenta avait fait les présentations – ce qui était inutile car Asako et Daisuke se connaissaient déjà, au grand étonnement de Kenta. Il s'était senti un peu débile d'ailleurs, mais après tout, il ne pouvait pas le savoir car le trio ne s'était jamais retrouvé ensemble.
    Daisuke avait ensuite fait une petite réflexion du genre «  Ah vous formez une vrai petite famille »
    Première erreur, car Asako et Kenta n'étaient que deux, car il n'était pas au courant pour Shunta. Cette erreur avait mis la puce à l'oreille de son compagnon.
    Elle était devenue toute blanche à ce moment là , ayant peur que son secret soit complètement dévoilé. Qu'allait-il suivre ? Il allait continuer à l'enfoncer non ? Alors qu'elle lui lançait des regards insistants pour qu'il remarque l'erreur qu'il avait faîte.

    Et ce n'était pas fini, car il sortit encore une énorme boulette.


    « Coup de froid ? O__O ... Tu sais, si t'as besoin de te soigner -de te ressourcer, prendre un week-end de libre, aller observer les bébés phoques sur la banquise- tu peux compter sur moi pour garder Shun-kun ! Tu connais mon numéro *0* »


    Asako regarda Daisuke dans les yeux, l'air choqué. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il aille aussi loin . Asako regarda ensuite Kenta, toute tremblante.
    Qu'est ce qu'elle allait pouvoir raconter ?! Hein? Voilà ! Il l'avait mise dans une telle situation maintenant ! Comment elle allait s'en sortir, si ce n'était qu'en racontant tout à Kenta ?

    " Euh, j'ai bien peur d'avoir raté un épisode là . . . C'est qui " Shun-kun " ? "

    Asako regarda Daisuke, avec des yeux implorants, elle espérait qu'il corrige sa boulette.

    «  C'est personne... » commença Asako, en fait, elle parla en même temps que Daisuke , et sa propre voix fût couverte par celle du jeune garçon.


    « Bon, je sais pas vous, mais je vais pas rester là jusqu'à la fin de la pause. J'ai la dalle moi T.T »


    Daisuke dit tout cela très tranquillement. Asako n'avait plus faim du tout là , tout s'était envolé avec le stress.

    " Tu n'iras nulle part sans m'avoir expliqué la situation, j'ai horreur de ne rien comprendre et c'est ce qui se passe là. "

    Elle qui croyait qu'il allait lâcher le sujet, tout ce qu'il faisait d'habitude. Non non, là il s'accrochait, il voulait tout savoir.

    " Toi aussi Asa, tu m'as l'air d'en savoir plus que moi. "

    «  C'est...Mon chat ! Oui ! Mon chat, il est chez ma grand-mère et tout...Et je devais le prendre chez moi parce qu'elle est allergique... » Dit-elle

    Elle espérait que sa petite entourloupe fonctionne.

    « Donc, j'ai dis à Daisuke que j'avais un chat, et si j'attrape un coup de froid, il pourra le surveiller et tout...Il est encore petit , il a 3 mois et tout.. » elle se stoppa et regarda Daisuke dans les yeux «  Ne, Minami-kun ? »
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 185
A Tohodai depuis le : 18/10/2010
Double-compte : Ai pu .__.
Année d'études : Rookie desu~

MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Dim 14 Nov - 0:49

Il le voyait là, dans ses yeux, ce regard qui disait "Alors comme ça tu te prends pour un cowboy ? èé" et Daisuke avait une forte envie de rappeler à Kenken que les cowboy, c'était au Texas, et pas au Far West, s'pèce d'ignorant. Mais pour des raisons obscures, décida de remettre ses gamineries à plus tard. L'ambiance actuelle semblait ne pas s'y prêter. Vraiment pas du tout... Daisuke avait l'impression d'être un pilote sur le point de lâcher une bombe atomique sur un pays. D'en être à cet instant précis où l'on pose le doigt sur le bouton sans vraiment y appuyer, et qu'une appréhension sans précédent prend possession de notre corps... Seulement là, il n'était pas dans un bombardier, mais dans un petit couloir d'une petite fac. Rien de bien spectaculaire. Alors pourquoi cette ambiance déprimante ? Pourquoi ce silence gênant alors qu'il devrait être en train de blablater de tout et de rien, comme il aimait tellement le faire, avec sa vieille amie ? Ce n'est pourtant pas l'envie d'en découvrir plus sur sa vie actuelle qui lui manquait. Alors pourquoi cette impression qu'une vraie bombe était sur le point d'être lâchée ?
Mais avec la légèreté habituelle de son caractère, il décida de positiver, se disant qu'il interprétait mal, tout simplement, les émotions de ses amis. Tout mettre sur le compte de son ventre gargouillant, tiens. Tout était sûrement dû au stress provoqué par la faim ou quelque chose du genre. À l'occasion il interrogerait Ken sur ces symptômes inconnus. Mais maintenant, tout ce dont il avait envie c'était de se remplir l'estomac avec un bon hamburger bien gras................... Raté. Son Dr-Quinn-au-masculin d'ami intervint plus tôt qu'il ne l'aurait prévu. Semble-t-il, Yamasaki ne voyait pas clair dans toute cette situation lui non plus, et cela n'avait pas l'air de lui plaire. Et le premier à s'être retrouvé dans son champs de vision, donc forcément le parfait coupable, c'était Dai.

« Tu n'iras nulle part sans m'avoir expliqué la situation, j'ai horreur de ne rien comprendre et c'est ce qui se passe là. »

« Et si tu me lâchais la grappe trois secondes ?! Qu'est-ce que tu veux que je t'explique ? Tu me poses des questions bizarres sur des trucs évidents. "Qui c'est Shun-kun", j'te jure ! Et puis si tu veux tout savoir !.................... je suis largué moi aussi ! =.= »

Maintenant on laissait tomber le Far West. Il était juste à l'Ouest là. Complétement. Entre Kenta qui n'y comprenait rien aux paroles de Dai, Dai qui ne comprenait rien aux interrogation ridicules de Kenta, Asako semblait être la seule à pouvoir remettre de l'ordre dans toute cette pagaille. Et comme dans un accord silencieux qu'ils auraient passé plus tôt, les deux garçons tournèrent la tête en sa direction... Les yeux baissés et les mains tremblantes, elle était plus blanche que neige, et semblait être sur le point de fondre en larmes. C'était quoi cette histoire de fou ?! Dai soupira lourdement, croisant les bras sur sa poitrine. Il n'y comprenait plus rien... Il était en train de se prendre la tête avec un bon ami pour des raisons bidon. Pire ! Pour des raisons qu'il ignorait. Parce que oui, l'ambiance était pesante, mais il ne savait même plus comment ils en étaient arrivés là. Supposant qu'il l'ait su à un moment ou un autre de cette courte conversation... Lui qui n'était jamais à cours de sujets à débattre ne savait même plus quoi dire là, puisqu'apparemment tout ce qui sortait de sa bouche était de l'ordre de l'extraterrestre pour ses acolytes. Et ce ne sont pas les paroles d'Asako qui l'aidèrent à remettre de l'ordre dans ses idées. Puisqu'apparemment, pour elle, son fils était devenu un chat.............................

« Donc, j'ai dis à Daisuke que j'avais un chat, et si j'attrape un coup de froid, il pourra le surveiller et tout...Il est encore petit , il a 3 mois et tout... Ne, Minami-kun ? »

Relevant lentement la tête, il lança un regard suspicieux à son amie. Un regard qui disait clairement "Mais tu délires ?". Une question qu'il n'arrivait pas à formuler en mots, puisqu'il les avait tous perdus en entendant les paroles de la jeune femme. Et est-ce le regard mortifié de peur de cette dernière qui lui fit comprendre toute l'envergure de sa bourde, ou son bon sens qui commençait à classer toutes les informations entendues ces quelques dernières minutes par ordre chronologique, mais tout devint d'un coup plus clair. Et c'est yeux dans les yeux avec Fuusaki qu'il réussit à articuler, lentement, les quelques syllabes qui étaient sensés lui faire comprendre que c'était bon, qu'il se trouvait enfin sur la même longueur d'ondes qu'elle.

« O-kay... »

Une massue s'était abattue sur la tête de Minami... Non, ça ne pouvait pas être ça. Si ? Était-il possible qu'Asa ait caché l'existence de son fils à Yamasaki ?.. Après tout, Dai n'avait même pas demandé depuis combien de temps ils étaient ensemble. Peut-être trop peu pour qu'elle ait osé tout lui avouer ? Peut-être l'aimait-elle trop pour prendre le risque de le perdre ? Minami ne savait pas vraiment comment ça se passait dans ce genre de cas. Lui-même n'avait jamais eu de secrets pour ses "compagnes", puisqu'il savait qu'une fois le soleil levé, il quitterait leur lit. Parce qu'il s'en fichait, tout simplement... Là, c'était différent. Une expérience inconnue pour lui, et il ne savait pas quoi en penser. Alors il fit ce qui lui vint en esprit en premier. Fuusaki était son amie, il l'avait toujours soutenue, et ce n'est pas maintenant qu'il allait arrêter. Même si l'idée de mentir à Ken ne l'enchantait pas franchement... Faudrait qu'il en touche deux mots à Asa pour l'avoir fichu dans une histoire pareille. En attendant...

« C'est ça, un chat mon cochon ! Tu sais combien j'aime ces bestioles poilues avec plein de dents........ Et si tu savais pas, ben maintenant c'est le cas ! Allez, on y va ou je vous fais une crise d'hypoglycémie. Et ça sera pas joli à voir, tu peux compter sur moi ;D »

_________________

C A U S E H E I S T H E
I R R E S I S T I B L U S

& T O O C O O L T O H O L D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Mar 16 Nov - 21:25

Daisuke avait sèchement répondu à l'interdiction de Ken d'aller se remplir la panse avant de lui donner une explication. Il avait parlé de trucs évidents, et du fait qu'il était tout aussi perdu que lui ... La bonne blague ! Il avait l'air parfaitement au courant de la situation pourtant ! Mais finalement, ce fut Asa qui éclaira sa lanterne, par une explication à laquelle son petit ami ne se serait sans doute jamais attendu.
Un chat ?! Alors ce dénommé Shun-kun était tout simplement un adorable petit neko ? Enfin, adorable, tout était relatif, Kenta ne portait vraiment pas en adoration ces espèces de boules de poils velues qui lui sautaient à la gorge toutes griffes déployées ... Ok on dirait la description d'une hyène féroce, pas d'un pauvre chaton innocent... Mais rien à faire, Kenta et les chats ... Il préférait ce qui aboyait, et qui léchait partout. Chacun ses goûts n'est-ce pas ?
Mais un chat ... Voyons, il aurait pensé à tout sauf à un animal domestique ! Après tout, Shun était un nom assez spécial pour une boule de poils, c'était un nom qu'il voyait plus sur un bambin si vous voyez ce que je veux dire. Mais bon notre bonhomme avait dû devenir paranoïaque à l'entente du mot famille.

Mais Daisuke n'était pas revenu à ce propos. En parlant de lui, Ken l'avait trouvé bizarre lorsque sa copine avait raconté la petite histoire quant à l'identité de Shun-kun. Il avait lancé des regards alertes à la jeune femme, son visage avait changé d'expression tellement de fois qu'il ne les comptait plus ... Enfin bref Ken était sceptique. Il finit par se contenter d'un "okay" hésitant.
Puis Ken comprit. Enfin interpréta à sa sauce. Daisuke lui avait dit qu'il lui posait des questions sur des choses évidentes car il pensait que le minou vivait à l'appartement d'Asako et que quand le nippon leur rendait visite ils étaient tous les trois ... D'où l'allusion à la famille. Et donc il avait longuement hésité parce qu'il croyait toujours que Kenta avait eu connaissance ce cette boule de poils. Mais comment aurait-il pu en avoir vent puisqu'il n'avait jamais eu le "droit", dirons-nous l'occasion, de remettre un pied chez la grand-mère d'Asako depuis le soir de leur rencontre ? Mais ça, Daisuke ne le savait sûrement pas.
Il se contenta de lui répondre qu'il adorait les boules de poils et enchaîna aussi sec qu'il fallait aller se restaurer au plus vite sinon monsieur-le-ventre-sur-pattes allait nous faire une crise d'hypoglycémie.

- Oh ça vient, ça va ! J'avais oublié que ton immense estomac avait besoin d'être rempli à la vitesse de Buzz l'Eclair !

Un peu de plaisanterie pour faire retomber l'atmosphère pesante qui s'était installée malgré eux entre les trois étudiants ne ferait de mal à personne. Et puis, maintenant que Daisuke y faisait allusion, Kenta commençait à ressentir la faim au creux de son estomac. Ce dernier se mit à faire des bruits pas très agréables à l'oreille et il pria pour que ces gargouillements restent discrets.
Redressant la bretelle de son sac sur son épaule, et passant une main maladroite dans ses cheveux comme à chaque fois qu'il devait prendre une décision, qu'elle soit cruciale ou non, il se mit en route. Il se retourna pour vérifier que le petit monde suivait. Dai' à sa gauche, Asa' à sa droite.
Quand ils furent à sa hauteur, il décida de relancer quelque peu le sujet de la précédente discussion, maintenant que les tensions s'étaient apaisées :

- Mais n'empêche Asa je savais pas que tu avais un chat ! Mais ta grand-mère allergique le garde vingt quatre heures sur vingt quatre ? C'est super sympa de sa part de surmonter sa gêne pour t'éviter d'avoir une boule de poils dans les pattes tout le temps ...

Mais il fallait avouer que la pauvre bestiole trouverait le temps rudement long avec une maîtresse comme Asako. Les mamies gâteaux c'était bien plus présent qu'une étudiante overbookée, mais c'était aussi mieux quand elles ne souffraient pas d'allergies chroniques aux poils du petit monstre. Mais franchement, vous imaginez un chat dans l'appartement d'Asako ? La journée elle était à la fac, le soir elle bossait au combini, elle rentrait juste aux heures de repas ... Pauvre bête tout de même, aussi grande était son aversion contre les chats, Kenta n'était pas un homme au coeur de pierre et savait que même ces choses aux dents acérées, griffes aiguisées et poils qui se perdaient sur le moindre de vos vêtements, avaient besoin d'amour et de tendresse.

- Mais bon, si un jour on va chez ta grand-mère je pourrai voir Shun ! Mais qu'il ne me saute pas dessus, sinon le pauvre finirait en descente de lit ...

Il rit tout seul à sa blague qui vexerait sans doute Asako pour son offense sur son chat. Mais après tout elle n'avait pas réellement de chat alors soit elle feindrait l'outrance, soit elle rirait avec lui. Mais ça, Kenta n'en savait strictement rien, et il était tout content que l'histoire se soit résolue si simplement ... S'il savait que ces deux-là lui mentaient sous son nez .... Il risquait de mal avaler la pilule le moment venu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité


MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   Jeu 18 Nov - 21:53

    « O-kay... »

    Ok. Daisuke avait apparemment compris ce que Asako essayait de lui faire comprendre, depuis au moins un quart d'heure. Cela avait été assez dur. Une fois que Minami-kun était parti sur un sujet, il était impossible de le faire taire. Et c'était d'autant plus grave , quand c'était un sujet important. Asako avait vraiment essayé de lui faire comprendre, avec des regards, des phrases bien choisies.
    Il avait fallut qu'elle prononce le mot «  Chat », c'était vraiment débile comme idée, elle le concevait, mais c'était tout ce qui lui était passé par la tête. Elle avait vraiment fait tout son possible, et là , elle avait pensé à un chat.
    En fait non, sa grand-mère n'était pas allergique aux chats, elle en avait déjà eu un , mais il était mort il y a belle lurette ! Asako s'était contenté de mentir, un petit peu !


    « C'est ça, un chat mon cochon ! Tu sais combien j'aime ces bestioles poilues avec plein de dents........ Et si tu savais pas, ben maintenant c'est le cas ! Allez, on y va ou je vous fais une crise d'hypoglycémie. Et ça sera pas joli à voir, tu peux compter sur moi ;D »


    Ouf, Asako devait lui valoir une fière chandelle après ça ! Elle ne manquerait pas de le remercier en lui passant un coup de fil, et en le mettant au courant de tout. Car oui, après tout, il devait lui en vouloir de l'avoir pris pour un con comme ça, et il n'était pas la seule personne concernée , en plus !
    Asako l'avait mêlé à une histoire, à laquelle, sans doute, il n'aurait jamais pensé faire parti.

    Oh ça vient, ça va ! J'avais oublié que ton immense estomac avait besoin d'être rempli à la vitesse de Buzz l'Eclair !

    «  Ah oui, bonne idée, il vaut mieux aller manger... » dit Asako avec un sourire forcé, pour faire passer la gêne.

    Elle se sentait honteuse d'avoir réagit de la sorte. Vraiment honteuse. Et Daisuke devait beaucoup lui en vouloir.

    Le trio commença à marcher en direction du réfectoire, à pas rapide, car on ne pouvait pas arrêter un Minami Daisuke doublé d'un ventre sur patte !


    -Mais n'empêche Asa je savais pas que tu avais un chat ! Mais ta grand-mère allergique le garde vingt quatre heures sur vingt quatre ? C'est super sympa de sa part de surmonter sa gêne pour t'éviter d'avoir une boule de poils dans les pattes tout le temps ...


    Asako fût encore plus gênée, il fallait qu'elle retourne complètement la situation encore une fois.


    «  Euh, ben oui..Enfin elle essaye de se tenir loin, elle l'enferme dans une pièce pour lui donner à manger et tout...Si elle me dit qu'elle ne peut plus le garder, je le ferais ! » dit-elle.


    Elle venait de tilter quelque chose. Shun-kun , pour un chat ? C'était pas débile de l'appeler comme ça ? Il valait bien qu'elle trouve une parade, sinon, elle était complètement grillée ! Quelle insulte , pour son fils. Elle se sentait vraiment mal , elle se ferait vraiment toute petite pendant quelques temps, et si son fils venait à apprendre ça, par n'importe quel biais, elle ne saurait pas comment réagir.

    - Mais bon, si un jour on va chez ta grand-mère je pourrai voir Shun ! Mais qu'il ne me saute pas dessus, sinon le pauvre finirait en descente de lit …

    « Ah , ben...Non, non ! Surtout pas en descente de lit..Enfin c'est mon chat quoi ! Je le vois pas , mais je tiens à lui ! En plus il est super mignon... »

    Elle disait vrai, elle aimait les chat, elle les trouvait vraiment trop choux ! Si elle avait pu, elle en aurait sans doute pris un dans son appartement, mais elle était toujours occupée. Son travail et la fac lui prenait tout son temps, mais après tout, elle devait le faire pour son fils.
    Son fils ? Oui, elle y pensait tout le temps, et si elle pouvait, elle en parlerait à ne plus pouvoir s'arrêter !

    «  En plus j'adore les chats, si tu le tue, je romps avec toi ! » dit-elle, en souriant.

    Daisuke devait sans doute les regarder , et surtout elle, d'un très mauvais œil. Il devait en avoir gros sur le cœur...Et ne tarderais pas de lui balancer deux ou trois piques histoire de la faire payer...Avant qu'elle ne lui dévoile toute la vérité.


Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un cauchemard devenant réalité. [Yamasaki Kenta & Minami Daisuke]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tohodai :: 
.Fin de l'Histoire
 :: 
CORBEILLE ”
 :: Sujets abandonnés
-
Sauter vers: