AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La nature fait ce qui lui plaît. | feat. Ran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 185
A Tohodai depuis le : 18/10/2010
Double-compte : Ai pu .__.
Année d'études : Rookie desu~

MessageSujet: La nature fait ce qui lui plaît. | feat. Ran   Sam 23 Oct - 20:18

« ...La parité, tu connais ? »
« Quoi ?.. Paternité ? Arrête un peu avec ça, mec. Je suis pas aussi irresponsable que tu le crois ! »

Pas besoin d'en dire plus, tout était assez clair comme ça: non, Daisuke "ne connaissait pas". Et Takeshi ne put que soupirer devant l'ignorance de son cadet. Dai, quant lui, replongea dans son match de foot raté la veille (bénies soient les rediffusions), non sans avoir pesté après son frère et ses questions du genre... répétitives. Et pour cause: les discussions de ce type, à savoir sur l'éventualité qu'un jour Dai allait finir par devenir père d'une horde d'enfants sans le savoir et autres déductions soi-disant logiques de l'ainé, étaient monnaie courante chez les frères Minami. Daisuke se lançait dans des récits chevaleresques, ou presque, contant ses expéditions nocturnes dans des endroits les plus variés de leur métropole natale, se pavanant tel un coq devant son frère, fier de ses exploits, si on pouvait les appeler comme ça. Il tentait ainsi d'animer la flamme dévergondée qui résidait, il l'espérait, quelque part au fin fond de l'être de Takeshi, et l'entrainer à sortir de cette solitude où il s'était volontairement enfermé depuis des années. L'entrainer à adopter un cours de vie un peu plus "coloré" que l'actuel. Y a pas de mal à se faire du bien après tout !.. Mais tout ce que Dai réussissait à faire, c'était de réveiller le philosophe qui sommeillait en son ainé (oui, y a du monde qui sommeille et réside en lui, faut croire...), et raviver sa flamme féministe. Oui oui, vous avez bien lu... Il ne se passait pas un jour sans que l'ainé ne remette ça sur le tapis face aux innombrables aventures d'une nuit et autres laps de temps du plus jeune: le respect de la femme bla bla. Aux dépends de la santé mentale de Daisuke... Hey ! Il ne forçait personne ! Pas de sa faute si les parents l'avaient "fabriqué" aussi irrésistible ;D Et puis, si un jour il devait écouter les conseils de quelqu'un concernant les filles, ce ne serait sûrement pas Takeshi. La seule fille dans son cercle de connaissances, déjà assez réduit, était leur mère... Alors que Dai, lui !........
Soupirant en pensant à sa propre perfection, ce dernier se mit debout en éteignant la télé, avant de claquer des mains:

« Ouais, bref ! De toute façon je dois retourner en cours. À toute !»

...Mais pas avant d'avoir fait un détour par l'endroit qu'il préférait le plus sur le campus: la cafette. Qui faisait accessoirement partie de ses terrains de chasse préférés~ Rien que les serveuses... Arrrr ! Il lui était arrivé de sérieusement se demander si elles passaient un casting lors de leur entretien d'embauche. C'était inhumain tout ce rassemblement de beauté dans un seul et même endroit ! Au point que Daisuke se demandait s'il avait fait le bon choix en allant étudier en pharmacie. Devenir gérant d'une cafette serait tellement plus agréable *-*

C'est donc avec un regard conquérant qu'il pénétra dans l'énorme salle, tel un roi venu voir sa cour, se sentant un cran au-dessus de tout ce rassemblement de monde venu "recharger les batteries"... guettant une potentielle future proie (après tout, chacun sa façon de se ressourcer avant les cours ;D). Et n'eut pas à chercher bien longtemps avant qu'une divine vue ne se dessine juste sous son nez. Là, au comptoir, la plus jolie des créatures qu'il ait vue ces derniers jours: un beau garçon à l'allure féminine qui se tenait juste là, comme détaché du reste de la foule, avec cette aura qui faisait tant craquer Dai~ Dire qu'il était dans cette fac depuis déjà une semaine et ne l'avait encore jamais croisé... Eh bien c'était chose faite maintenant ! Et il le voulait et, surtout, il l'aurait. Takeshi avait parlé de respect envers les femmes ?.. Soit. Il se contenterait d'hommes pendant quelque temps TuT C'était quoi déjà ce mot savant que l'ainé lui avait sorti ? Pa- Par- ... Parterrité ?.. Il en salivait d'avance *u*

S'armant d'une démarche féline et d'un air faussement détaché de toute l'agitation qui régnait autour de lui, comme ils le conseillaient vivement dans le dernier numéro de MAXIM, il s'avança vers le comptoir avant de s'arrêter à une distance infime du "jeune homme" de ses rêves [du moment]. S'appuyant sur son coude, sans détacher son regard de ces traits parfaits qu'il pouvait maintenant observer de plus près, il commanda un café à la petite serveuse qui lui fit les yeux doux. À coup sûr ils se "connaissaient", mais décemment, le pauvre garçon ne pouvait pas se souvenir de tous les visages qui étaient passés sous devant lui... Il l'ignora, simplement, pour se concentrer sur sa nouvelle trouvaille, réfléchissant au plan drague à adopter dans cette situation... « Idée d'abordage de jolis garçons n°156, paragraphe 2, alinéa 5 » lui paraissait parfait, à savoir « comment séduire quelqu'un dans un endroit peu enclin à l'éveil d'un esprit romantique » (à savoir la cafétéria) - observer la zone d'attaque, trouver un coin tranquille à l'abri des regards indiscrets et passer enfin à l'action. Haleine - nickel; regard - de braise, fondant à souhait; sourire - ravageur; en un mot - PAR-FAIT.

« Bondjûûûr~ » chantonna-t-il enfin, le regard plein de sous-entendus, dans un français plus qu'approximatif. Détail qu'il ignorait, évidemment, pour se rendre compte de son propre ridicule. Mais c'est comme ça que Yamapi parlait dans sa pub pour les yaourts, alors ça ne pouvait que faire fondre les demoiselles et autres représentants du sexe "fort" (même si, personnellement, Dai trouvait Nishikido beaucoup plus classe). Ah la langue de l'amour~ « Puis-je vous offrir à boire ? »

_________________

C A U S E H E I S T H E
I R R E S I S T I B L U S

& T O O C O O L T O H O L D


Dernière édition par Minami Daisuke le Lun 25 Oct - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 225
A Tohodai depuis le : 22/09/2010
Double-compte : nop
Année d'études : 1er cycle

MessageSujet: Re: La nature fait ce qui lui plaît. | feat. Ran   Sam 23 Oct - 22:34

Pause. Voilà le dernier mot que venait de sortir le professeur dans son cours en amphithéâtre. Trois heures d'affilée, la jeune femme avait beau être intéressée, c'était du genre long. Trop long. Alors la pause au bout d'une heure et demie n'était vraiment pas de refus ! Le professeur leur laissait un quart d'heure cette fois. Elle remballa ses affaires de cours, n'ayant pas confiance en ses voisins de table, et sortit s'aérer un peu l'esprit. Toutes ces formules à savoir, ces directives et ces règles ! Elle en avait la tête qui explosait et les cours avaient débuté depuis une semaine. Son cas de feignantise semblait inquiétant. Toujours est-il qu'elle avait besoin de souffler un peu et elle sortit dans les premières de l'amphithéâtre. Vêtue de son habituel sweat gris fétiche et d'un short marron par-dessus des collants type résille noirs, et chaussées de baskets colorées, elle avait vraiment un style unique. Et purement masculin.
Mi Ran décida donc d'aller passer sa courte pause à la cafétéria de la fac. Elle avait envie d'un bon cappucino avec de la crème et tiout, ça la détendrait. Ni une ni deux, elle traversa la cour afin de gagner la grande salle encore un peu chauffé en ce début frisquet de mois d'avril. En plus ce matin le ciel était couvert, menaçant Sendai de pluie. Faisant la moue en s'en rendant compte, la coréenne pénétra dans la pièce. Il y avait du monde en salle ce matin, et le bruit devint vite assourdissant. Mi Ran ne raffolait pas de ce brouhaha désagréable qui bourdonnait dans ses oreilles. Dans sa tête fourmillaient encore mille et une formules compliquées dont elle aurait aimé se défaire au moins pendant ces quinze minutes.

Il n'y avait plus de place dans les espèces de mini sofas de la cafét', et les tables hautes étaient occupées par des étudiants particulièrement bruyants qui auraient filé la migraine en trente secondes chrono à la jeune femme. Elle décida donc de se contenter du comptoir. Elle préférait sincèrement rester à l'écart des autres, son japonais était encore bien trop maladroit et elle préférait s'entourer de peu d'amis mais de gens de confiance plutôt que de faire connaissance avec toute la fac et de ne pas se rappeler du prénom du premier au bout de deux jours. Mais son look androgyne décalé semblait attirer le regard de tous et de ce fait les gens venaient lui parler, comme si elle était l'aimant qui les attirait tous. Soupirant, elle en vint presque à se demander si elle ne devait pas se forcer à s'habiller le plus sobrement possible pour avoir enfin la paix.
La serveuse semblait occupée avec un client à l'autre bout du comptoir, alors pour patienter Mi Ran appuya sa tête dans sa main et jeta un regard circulaire à la pièce. Des étudiants riant bruyamment d'un côté, des filles gloussant en point discrètement du doigt -enfin c'était ce qu'elle croyait- ce qu'elles appelaient des beaux garçons en face d'elles .... Elle se sentait complètement à l'écart à côté d'eux, comme si elle était enfermée dans une bulle où le monde n'était pas pareil. Ils riaient de bon coeur, en groupe, et elle était toute seule à son comptoir à patienter pour l'arrivée d'une serveuse. D'ailleurs celle qui vint prendre sa commande était plutôt mignonette, mais vu les regards aguicheurs qu'elle lançait aux étudiants un peu charmants qui venaient prendre leur commande, cela serait étonnant si elle avait quelques tendances lesbiennes.

Mi Ran demanda son fameux cappucino que les japonais et les coréens avaient bien du mal à prononcer. Il fallait dire que dès qu'un mot occidental se profilait à l'horizon, cela devenait quasiment imprononçable dans la bouche d'un asiatique. Particulièrement les nippons qui avaient tendance à déformer tous les mots n'étant pas originaires de leur langue, vu qu'ils parlaient par syllabes. Mi Ran avait eu un peu du mal au début avec la prononciation du Japonais, pour une coréenne pure souche ce n'était pas tâche aisée. Tout le monde croyait un jour dans sa vie que comme il n'y avait que la mer du Japon qui séparait la Corée du Sud du pays du soleil levant, les deux dialectes se ressembleraient, mais alors pas du tout ! Les coréens avaient des mots à rallonge, déjà. Mi Ran sourit à cette pensée. Apprendre un dialecte autre que le nôtre n'était pas si facile.
Pensive, la jeune femme ne se rendit pas compte que son café était enfin arrivé et que la serveuse l'avait prévenue. Lorsqu'elle s'en rendit compte, elle cria un "merci !" en japonais mais la serveuse était déjà de l'autre côté du comptoir. Elle devait vraiment être dans les vapes pour manquer de politesse aussi cruellement ! Soupirant, elle commença par goûter à la crème surmontant le café, vu que ce dernier risquait fort d'être très chaud. C'était un pur délice, Mi Ran était bien contente d'avoir pris la décision de se pointer ici. Enfin, c'était ce qu'elle se disait jusqu'à ce qu'un individu non identifié n'arrive ....

D'une, la première approche qu'il tenta fut un vrai flop, parce qu'elle fit de gros yeux, n'ayant rien compris à ce qu'il avait dit. "bondjur", c'était dans quelle langue ça ?! Parce qu'elle n'avait pas appris qu'on disait comme ça en japonais pour saluer quelqu'un ... Elle avait beau chercher, ce mot ne lui disait rien de spécial. Tant pis. Elle comprit au moins la suite. Seulement il rata son effet "je me la joue beau gosse du jour", puisqu'en lui proposant à boire il n'avait même pas vu la tasse pleine de la jeune fille. Pourtant elle était voyante n'est-ce pas ?
Elle esquissa un léger sourire. C'était le premier garçon à ne pas la dévisager en se demandant si c'était une fille ou un gars. Il était juste drôlement enthousiaste, et Mi Ran le soupçonnait déjà d'essayer une tentative de drague envers elle. Bon, il était loin d'être moche, il fallait l'avouer, mais actuellement Mi Ran n'avait pas la tête à ça. A vrai dire elle n'y pensait même pas du tout, mais peut-être que s'amuser un peu lui ferait du bien ? Bref, elle le fixa un instant. Plutôt bien bati, beau brun, grand sourire Colgate affiché sur la figure ... Mais d'où lui venait cette assurance ? Cela déstabilisait la coréenne ! Et puis sa bouille lui disait vaguement quelque chose ... Mi Ran tenta de répondre dans un Japonais correct :

"C'est-à-dire que- ano- j'ai déjà un café (épargnons la prononciation de cappucino XD), et- je reprends dans dix minues."

Elle pointa l'amphithéâtre en face de la cafétéria où certains étudiants en pharmacie étaient encore restés pour être sûrs de ne pas avoir de retard. Et pour le coup, elle, elle risquait d'en avoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tohodai.asiat-world.com
avatar
Messages : 185
A Tohodai depuis le : 18/10/2010
Double-compte : Ai pu .__.
Année d'études : Rookie desu~

MessageSujet: Re: La nature fait ce qui lui plaît. | feat. Ran   Lun 25 Oct - 21:08

Plein d'impatience, attendant d'en découvrir un peu plus sur le garçon qui était devenu sa lubie du jour, le coeur de Daisuke battait à toute allure, alors qu'il s'était penché un peu plus sur le jeune, ses yeux grand ouverts pour ne pas rater une seule miette du spectacle qui allait s'offrir à lui, lorsque le garçon lui ferait enfin pleinement face. Et quand, enfin, leurs yeux se rencontrèrent, Dai faillit couiner. Vraiment, mais alors vraiment parfait. Superbe. Splendide ! Tout autant d'adjectifs pouvant décrire la créature qui était devant lui. Une peau de porcelaine au grain irréprochable, des traits d'une finesse rare et des yeux d'un doré incomparable. Ce garçon était sans conteste asiatique, mais de ses yeux de japonais pure souche Dai pouvait voir qu'ils n'avaient sûrement pas les mêmes origines. Un... coréen ? À coup sûr, vu le nombre de voisins de l'Ouest du pays du soleil levant qui avaient débarqué à la fac cette année. Et lorsque le jeune ouvrit enfin la bouche pour répondre à la très hautement philosophique question de Dai, ce dernier eut sa confirmation.

« C'est-à-dire que- ano- j'ai déjà un café, et- je reprends dans dix minutes. » - prononça-t-il d'une voix peut-être un peu trop aigüe pour un homme, mais bizarrement, ça n'en fit qu'augmenter son charme. Il accentua les derniers mots en pointant sur l'amphithéâtre opposé à la cafétéria, et si Daisuke avait pris la peine de mémoriser les numéros des salles dans lesquelles il avait cours toute la semaine, il aurait découvert, à sa plus grande joie, qu'eux deux étaient dans la même filière... Trop pour un Daisuke que de mémoriser autant de chiffres ! Et puis il avait séché la première heure de cours, ce qui ne l'éclairait pas non plus beaucoup... Mais au lieu d'y réfléchir, il continua sur sa lancée:

« Oh un coréen ? Tu fais partie de l'échange, c'est ça ? Ton japonais est vraiment bon pour quelqu'un qui est là que depuis une semaine ! Et c'est drôle, je dois reprendre dans une dizaine de minutes aussi. Mais... »

Il laissa sortir un petit rire charmeur, baissant les yeux sur ses doigts qu'il tortillait légèrement, faisant bouger sa bague. Non, il n'était aucunement gêné, intimidé ou autre, mais fallait bien montrer au jeune coréen qu'il lui plaisait au point de presque perdre ses moyens. Apparemment, ce genre de comportement était considéré comme "craquant", puisque sa marchait toujours sur les proies de Dai. Lui-même n'en savait rien, puisque - chose surprenante - il ne s'était jamais vraiment fait draguer par quelqu'un. Sûrement parce qu'il était toujours le premier à le faire et ce qu'on peut dire, c'est qu'il ne perdait jamais le temps...

Il fit donc faire quelqu'un saltos supplémentaires à la bague sur son pouce, puis rapporta de nouveau les yeux sur l'objet de son adoration actuelle, sans perdre son sourire qu'il savait être une arme redoutable dans ce genre de situations.

« ...ce que je voulais dire pas "t'offrir à boire", c'est... t'inviter à boire un coup. Un soir, rien que nous deux. Tu vois ?.. »

À ces paroles il se rapprocha un peu plus près de ce visage qui le fascinait... Il fallait abattre sa carte numéro 2 dans la liste de ses armes physiques redoutables dans le domaine de la séduction: son regaaaaard~ Il avait la chance d'avoir ce regard triste, dramatique. Des prunelles d'un noir tel qu'on pouvait s'y noyer. Le tout recouvert par des cils longs et si joliment courbés... Enfin, tout ça, c'est ce que lui avait dit une de ses ex-copines. « Une vraie poète celle-là ! » se disait-il à chaque fois qu'il y repensait. Et c'est yeux dans les yeux qu'il fit donc face au jeune étranger, laissant seulement quelques centimètres de distance entre leurs visages. L'atmosphère n'allait pas tarder à devenir électrique. ... Mais c'est aussi en s'approchant qu'un détail frappa le jeune Minami, alors que ses yeux se baissaient sans vraiment qu'il le contrôle, délaissant ceux de l'autre jeune homme. Oui, il y avait ce "détail". Un détail passé inaperçu un peu plus tôt, qui pourtant était des plus voyants. Le jeune homme portait des collants ! ........ Daisuke n'était pas du genre arrêté sur un seul style, mais WTF ? Des collants ?! Ça ne pouvait vouloir dire que de deux choses l'une: soit il était un danseur étoile et amenait du boulot à la fac. Soit il était fan de Marvel. Les deux peut-être ?.. Probablement. Alors, se sentant presque Batman avec sa Batmobile, Daisuke décida d'accélérer un peu le rythme de la discussion. Autant aller droit au but, non ?

« Si tu veux, après les cours je t'amène faire un petit tour. Ma moto est juste là, dans la cour. »

Oh ce serait parfait: tous les deux collés serrés sur sa moto luisante, les cheveux au vent, et sûrement un verre dans le nez après la soirée qu'ils allaient passer... Il l'amènerait voir son QG de super héros, et peut-être qu'il voudrait même rendre une visite à son fidèle ami Robin (ou quel que soit le nom qu'il 'lui' donne). Mais ne précipitons pas les choses. Les Minami sont des gentle-man !.. Raison pour laquelle Daisuke avait déjà soupçonné, de nombreuses fois dans sa courte - mais non dépourvue d'expériences - vie, ne pas être leur fils biologique e.e

« À quelle heure est-ce que tu finis ? Ce serait un plaisir que de venir te chercher après les cours ;D »

Au point où il en était, Daisuke se trouvait lui-même plutôt lourd. Mais c'était pour la bonne cause. Et "la cause" qui lui faisait face semblait être vraiment, mais alors vraiment bonne **

_________________

C A U S E H E I S T H E
I R R E S I S T I B L U S

& T O O C O O L T O H O L D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 225
A Tohodai depuis le : 22/09/2010
Double-compte : nop
Année d'études : 1er cycle

MessageSujet: Re: La nature fait ce qui lui plaît. | feat. Ran   Jeu 28 Oct - 22:44

Pas de remarque sur son accoutrement ? Pas de regard insistant sur son visage afin de déceler si la jeune Hwang était une fille ou un garçon ? Bon, il fallait avouer qu'aujourd'hui, en portant des collants style résille, elle tendait la perche aux gens pour qu'ils devinent plus aisément son identité sexuelle. C'est aussi pour cela qu'elle était restée un peu interdite face à la réaction inattendue du jeune japonais. Après tout, il lui avait sorti ce qu'elle avait pris pour un bonjour dans une langue qui était inconnue de ses oreilles, et lui avait proposé de lui offrir à boire. Mi Ran n'était pas stupide, elle avait plus ou moins compris les intentions du jeune homme derrière cette courtoise approche. On ne la draguait pas si facilement, mais la coréenne appréciait la politesse avec laquelle l'étudiant l'avait abordée. Cela se faisait rare maintenant, les jeunes d'aujourd'hui avaient beaucoup moins de respect les uns envers les autres, et pourtant Dieu sait à quel point les asiatiques prenaient le respect des hiérarchies très à coeur. Il n'y avait bien que dans ces pays de l'Orient que l'on trouvait des suffixes précis pour chaque rang de la hiérarchie, ici apparemment les maîtres étaient appelés "sensei" et les gens plus importants que soi "sama". Ainsi de suite. Les degrés d'affection, tout ça ... Il ne lui semblait pas avoir vu cela dans ses cours d'anglais au lycée. En tout cas, ce jeune homme avait donc été courtois avec elle et c'est pour cela qu'elle ne l'envoya pas paître. Au contraire, chose qui lui arrivait rarement, elle balbutia sa réponse. Mais ne vous méprenez pas, c'est juste qu'elle avait tenu à lui répondre en Japonais -on ne sait jamais, et elle n'était pas encore très douée dans cette langue qui différait finalement tellement de la sienne. Elle hésitait donc devant nombre de mots, ce qui au final avait rendu sa réponse sacrément hésitante. Qu'à cela ne tienne, elle se rattraperait plus tard.

Et puis elle tiqua sévèrement lors de la tirade suivante du Japonais. Elle avait bien entendu le mot "coréen" ? Non pas qu'elle fut étonnée qu'il ait si vite deviné qu'elle ne soit pas de nationalité nippone, les traits des coréens et des japonais étant tout de mêmes assez différentiables, mais surtout qu'il avait parlé d'elle au masculin. Donc en somme, il ne s'était posé aucune question sur son identité et avait conclu dès le début qu'elle était un mec. Comment devait-elle réagir à cela ? Inutile de faire une polémique, après tout sa bisexualité lui permettrait de s'en foutre royalement. S'il la prenait pour un mec, il était homo, et elle, les mecs ou les filles ... Mais tout de même, la certitude dans laquelle cet étudiant s'était noyé la sciait. Comment avait-il pu se persuader si vite de son sexe ? Surtout avec ce qu'elle portait, comment avait-il pu faire cette grossière erreur ? Elle allait ouvrir la bouche pour répliquer mais la referma aussitôt, tel un poisson ahuri. Il l'avait complimentée sur son Japonais, n'est-ce pas ? A cela, elle esquissa un léger sourire qui fendit son visage et l'éclaira un peu. Mi Ran avait le teint drôlement pâle, et un peu de lumière ne lui faisait pas de mal. Qui plus est, il avait ajouté qu'il reprenait également dans dix minutes ...
Elle le fixa alors un instant, étudiant avec minutie et discrétion les traits de son visage. Il ne lui était pas tout à fait inconnu tout compte fait, elle avait déjà dû le croiser au détour d'un couloir. Mais ... Il reprenait dans dix minutes ... Drôle de coïncidence, car ce n'était pas vraiment une heure de reprise de cours, c'était dû à la pause ... Et soudain ...

"Oh mais ... C'est pas toi qui t'es levé en cours de TD une fois pour sortir une grosse bêtise ? Avant de quitter la salle .... "

Si c'était sans doute lui. Le fameux plaisantin qu'elle avait trouvé particulièrement offensant ce jour-là, mais aussi courageux car se donner en spectacle ainsi n'était pas donné à tout le monde, elle-même prônait la discrétion par peur du regard des autres sans doute. Puis elle se rendit compte qu'elle avait pu lui paraître offensante à travers ses paroles, et entreprit de s'excuser en Japonais :

" Oh ... Sumimasen. J'espère que je ne te vexe pas en disant cela. Et puis, arigatou gozaimasu pour mon Japonais. Mais ce n'est pas encore parfait, cela ne fait qu'une semaine que je suis ici et ce n'était pas ma matière de prédilection en Corée ... "

Ils étaient donc dans la même filière. Elle n'aurait pas pu deviner qu'il avait séché la première partie du cours, car l'amphithéâtre était du genre bondé ce matin et un élève de plus ou de moins serait sincèrement passé inaperçu.
En tout cas, le cours allait reprendre dans peu de temps mais le Japonais avait l'air tout décidé à taper la discute avec elle et elle n'était pas prête de retourner en cours du coup. Ma foi ... Selon si ses propos suivants étaient intéressants, elle trouverait quelqu'un sur qui rattraper le cours !
Elle but une gorgée de son cappucino qui commençait à refroidir et faillit le recracher sur la figure de son vis-à-vis lorsqu'il déballa la suite de ses idées. Un tête à tête, tous les deux ? Boire ? Non mais ... Il allait vite en besogne le bonhomme ! Mais il fallait avouer que s'il la prenait pour un homme, il pensait pouvoir l'aborder avec moins de tact ou de délicatesse que désire une femme ... Qui sait. En tout cas la proposition la surprit et la déstabilisa, elle ne savait quoi répondre.
Et puis il eut la bonne ou mauvaise idée de rapprocher son visage du sien. Mi Ran rougit instantanément, seul Jae Hwa avait pu voir son visage de si près. Et elle était terriblement gênée. Elle était incapable de répondre quoi que ce soit, se retrouvant maintenant obligée de fixer son visage dans les détails. Car ce n'était pas son genre de détourner le regard, même avec le malaise qu'elle éprouvait. Ces yeux .... Ce regard .... Elle n'avait jamais vu cela auparavant et elle était pour ainsi dire bluffée. Ces yeux d'un noir si profond ..... Elle sentit que le rouge sur son visage devait s'accentuer vu la chaleur qu'elle ressentait.

"Eeeeeeeh ..."

Elle lui aurait bien dit que son visage se tenait bien trop près du sien, que son invitation était un peu précipitée. Mais aucun son ne sortait de sa bouche à part cette onomatopée typiquement nippone. Figée, elle ne pensait même pas aux regards que pouvaient porter les autres clients de la cafétéria ainsi que les serveuses sur eux. Et puis comme si cela ne suffisait pas, il l'invita à aller faire un tour après les cours à moto, en rajoutant une couche en disant que ce serait un plaisir que de venir la chercher après les cours. Non mais c'était quoi ce numéro de drague qui se voyait gros comme le nez au milieu de la figure ?! D'un côté, la proposition d'aller s'aérer un peu la tête pour changer des révisions, et surtout voire une autre tête masculine que cette de son coloc' aussi bête que ses pieds -et encore c'était une insulte à ses pieds- était tout à faire alléchante. Elle n'était pas du genre à se priver de vie sociale pour les études, sans les abandonner pour autant. Sortir lui ferait du bien. Et il avait marqué un point en ne réagissant pas comme les autres et en l'abordant par courtoisie.
Mi Ran se remit donc de son choc et tenta de répondre le plus calmement possible :

"Eh bien, si tu connais ton emploi du temps je termine en même temps que toi n'est ce pas ? Non sérieusement, on finit à 18h."

Souriant tranquillement, elle finit son cappucino avant qu'il ne soit trop froid. Elle régla auprès de la serveuse qui la regardait maintenant d'un air mauvais, depuis que le jeune homme avait quasiment collé son visage au sien. Elle se fichait éperdument de ce que pensaient les autres, elle avait tapé dans l'oeil à ce mec et allait en profiter pour se détendre, puisqu'il lui en donnait la charmante occasion. Et puis, ce n'était pas tous les jours qu'elle pourrait se vanter de se promener avec un si beau garçon ! Car même si elle ne se laissait pas séduire si aisément, la miss Hwang ne pouvait nier que son interlocuteur avait un charme irrésistible ....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tohodai.asiat-world.com
avatar
Messages : 185
A Tohodai depuis le : 18/10/2010
Double-compte : Ai pu .__.
Année d'études : Rookie desu~

MessageSujet: Re: La nature fait ce qui lui plaît. | feat. Ran   Dim 7 Nov - 16:53

Même si la cafétéria était, comme d'habitude, remplie d'étudiants plus séduisants les uns que les autres, Dai devait reconnaître qu'il était tombé sur une perle rare. Si seulement il avait su en avance qu'il rencontrerait une telle créature de rêve, il aurait pensé à acheter des fleurs, vraiment. Malheureusement il n'était pas devin... Ce qui ne l'empêchait pas d'être sûr et certain de l'effet qu'il produisait sur le jeune homme en face, avec ou sans fleurs ;D Ses légers bégaiements, ses joues rosies par les remarques et compliments de Dai et son attitude réservée montraient bien assez qu'il était déjà sous le charme. Et ça, sans même que Minami ait besoin d'enlever le haut ! Une pensée bien ridicule qui fit pourtant apparaître un sourire d'autosatisfaction, une fierté bête, sur les lèvres du brun. Vraiment, il était le meilleur~ Le seul détail que Dai oubliait, c'est qu'il avait sa propre façon d'interpréter les choses, et que la plupart du temps elle différait considérablement de la réalité... Oui, il était conscient de cette habitude qu'il avait d'occulter tout ce qui lui était désagréable ou dérangeant et de toujours voir une situation d'un angle qui le mettait à son avantage. Et quand on y pense, pourquoi aurait-il voulu changer ? La vie n'en était que plus belle. Et puis le coréen l'adorait déjà, un point c'est tout ! Et son air songeur, alors que ses yeux semblaient étudier avec minutie de visage de Daisuke, ne faisait qu'accroitre cette impression de son emprise sur l'étranger. Minami s'attendait déjà à entendre une ode à sa beauté divine, mais lorsque l'autre jeune ouvrit la bouche, l'air surpris par on ne sait quel détail, c'est plutôt le contraire qui en sortit.

« Oh mais ... C'est pas toi qui t'es levé en cours de TD une fois pour sortir une grosse bêtise ? Avant de quitter la salle .... »

Seulement un "Euuuuh" très éloquent réussit à se faufiler entre les lèvres de Dai, reflétant pourtant parfaitement et très exactement ses pensées. Sur le coup, il se sentit perdu... Il est vrai qu'il ne calculait plus le nombre de fois où il avait balbutié une connerie en classe, td et autre cours magistral, pour servir d'excuse bidon qui lui permettrait de s'en aller à ses occupations, ou tout simplement pour amuser la galerie. Daisuke était bon élève, mais il aimait faire le clown. Il fallait bien quelqu'un pour divertir les troupes: les pharmaciens, c'était malheureusement pas les plus drôles de la fac et il était bien trop vite ennuyé par l'air maussade de ses "camarades". Vite dit, puisqu'il n'en connaissait aucun........... Raison pour laquelle il ne compris pas un traitre mot de ce que venait de sortir le coréen, malgré l'évidence de sa question. Dai gardait juste cet air béat, ne sachant pas vraiment quoi répondre. ... Il s'étaient déjà croisés quelque part alors ? No way ! Pour sûr Daisuke s'en serait souvenu, il avait l'oeil pour ce genre de choses ;D Enfin, ce genre de personnes...
Prenant sûrement le mutisme de Minami pour une réaction différente de la sienne, le coréen s'empressa d'ajouter, semblant vouloir rattraper ces quelques paroles qui, certes, auraient pu être offensantes pour le commun des mortels, mais sûrement pas pour Dai. Il aimait faire l'idiot, mais ce n'est pas pour autant qu'il ne se rendait pas compte de son propre ridicule (disons, pas toujours...).

« Oh ... Sumimasen. J'espère que je ne te vexe pas en disant cela. Et puis, arigatou gozaimasu pour mon Japonais. Mais ce n'est pas encore parfait, cela ne fait qu'une semaine que je suis ici et ce n'était pas ma matière de prédilection en Corée ... »

Perdu dans ses réflexions, il n'avait pas tout de suite compris qu'on s'adressait à lui, sursautant presque lorsque l'information arriva enfin à son cerveau.

« Non ! Non-non... Moi ? Vexé ? Jamais. Je me demandais juste si tu parlais de la fois où j'ai prétexté avoir mes règles ou alors.......... Mmmm ! Qu'importe. »

Oui, qu'importe. Si ça se trouve le jeune n'avait pas assisté à toutes ses frasques et excuses bidon, alors il n'allait sûrement pas les lui raconter de son propre gré. L'ambiance ne s'y prêtait pas vraiment. Il l'avait presque dans sa poche, il fallait se la jouer classe et respectable. Suffisait plus que l'accord du coréen pour une belle et longue soirée à deux qu'ils passeraient ensemble, et Minami trépignait d'impatience d'entendre ces trois lettres, cet accord dont il ne doutait pas une seule seconde, de la bouche du jeune homme. Promis, il serait patient et ne lui sauterait pas dessus avant d'avoir entendu un "oui" clair net et précis.

« Eeeeeeeh... »

Toujours cette adorable gêne, alors que Minami anticipait déjà sa réponse. ... Tout du moins, c'est ce qu'il croyait.

« Eh bien, si tu connais ton emploi du temps je termine en même temps que toi n'est ce pas ? Non sérieusement, on finit à 18h. »

...Plaît-il ?.. Minami fronça les sourcils, ne sachant plus vraiment où il en été, déboussolé par les mots de l'autre jeune. C'était... soudain e.e Un ange passa; façon poétique de dire que Daisuke bugua un instant. Mais peu à peu ses neurones se reconnectaient entre eux, mettant enfin en marche le cerveau dont il avait le plus besoin en cet instant. Et pour la première fois il essaya d'analyser tout ce qui avait été dit précédemment par son "ami", sans simplement écouter le son de sa voix. De un: il l'avait déjà vu en cours. De deux: ils terminaient en même temps... Et reprenaient aussi, tous les deux, dans une dizaine de minutes. Enfin, deux petites minutes maintenant, pour être plus précis... Et ce fut à son tour de souffler un "Eeeeh", en plissant les yeux alors que tout devenait clair.

« Tu es... en pharmacie toi aussi ?............. Mais c'est parfait ! On peut se voir tous les jours, c'est pas génial ? »

Maintenant la seule chose qui étonnait Daisuke c'était de ne pas avoir remarqué ce jeune avant ! Il l'aurait pris dans ses bras, là, s'il n'était pas japonais. Il lui aurait carrément fait la bise s'il était français *-* ... Nouvel objectif dans la vie: devenir français ! Mais il sourit, de tout coeur. Et se souvenant de la réponse du jeune s'exclama:

« Je prends donc ça comme un oui ? Alors c'est décidé ! Ce soir, je te fais découvrir Sendai. T'es arrivé quand ? Bref. Compte sur moi, je serai ton guide ;D »

D'habitude il rajoutait aussi "Et je promets de garder mes mains dans les poches", puisqu'à ce niveau-là la fille ou le garçon qui lui tenait compagnie le réprimandait sur son comportement un peu trop rentre-dedans. Mais pas aujourd'hui. Le jeune correspondant n'en disait pas un mot, bien que Dai se rendait bien compte de l'image qu'il devait donner? Cela n'avait pas l'air de le déranger... Ah le charme Daisukien, il vous fait perdre la tête ;D

« Au fait, c'est quoi ton nom ? Minami desu ! Minami Daisuke, mais tu peux m'appeler Dai comme... tout le monde, en fait. »

Il s'affairait déjà à attraper son sac afin de rejoindre le cours de ce Yamashita-sensei qu'il ne pouvait pas voir en peinture, tout en tapant la causette à sa charmante compagnie, lorsqu'un énième détail sur le jeune homme retint son attention. Décidément, il était un mystère sur pattes. Ou juste un personnage hors du commun: un danseur étoile fan de Marvel et... de bodybuilding ?.. oÔ À cause de la petite veste qu'il portait Dai n'avait pas remarqué cette étrange masse sur son torse, mais maintenant que ses yeux s'y étaient posés, il était plutôt impressionné. "Sapristi ! Mais c'est une femme !" se serait dit un humain de composition classique. "Wah, les muscles !" clignota dans l'esprit de Daisuke................. Personnellement, il préférait plutôt les garçons aux silhouettes de brindille - ce que ce jeune était, si on mettait de côté le détail de ses pectoraux impressionnants -, du genre un peu efféminés. Mais il fallait savoir faire des exceptions dans la vie et ce n'est pas cette passion étrange du coréen qui allait casser les plans que Minami s'était fait pour leur rendez-vous parfait.

« Tu fais beaucoup de sport ? » - l'interrogea-t-il sincèrement intéressé ? Il devrait peut-être aller s'entrainer dans la même salle. ... Non ! Ils devraient y aller tous les deux ! « Je peux toucher ? »

Cette dernière demande avait été formulée poussée par sa curiosité enfantine... Et c'était triste à dire, mais, pour une fois qu'il disait quelque chose du genre tout à fait innocemment, il aurait mieux fait de se taire...

_________________

C A U S E H E I S T H E
I R R E S I S T I B L U S

& T O O C O O L T O H O L D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 225
A Tohodai depuis le : 22/09/2010
Double-compte : nop
Année d'études : 1er cycle

MessageSujet: Re: La nature fait ce qui lui plaît. | feat. Ran   Dim 7 Nov - 22:01

Vu la tête qu'il tira, Mi Ran conclut que le jeune homme face à lui était bien celui qu'elle avait mentionné. Dans ce cas c'était plutôt cool, elle avait fait partie de ceux qui avaient ri malgré le fait qu'elle ait trouvé qu'il avait bien du culot pour s'adonner à un tel acte de provocation face à l'enseignant. Elle-même n'en aurait sans doute pas été capable, ce gars-là avait du cran tout de même. Rien qu'à sa manière de l'aborder sans foi ni loi, le sourire jusqu'aux oreiles et l'allure du séducteur en puissance, montrait que son vis-à-vis était un garçon qui avait une certaine confiance en lui et en jouait.
Cependant après s'être rendue compte de l'interprétation blessante qu'elle aurait pu lui faire, elle s'empressa de lui présenter ses plus plates excuses en croisant les doigts pour qu'il ne se soit pas vexé. Si elle commençait à se mettre à dos le peu de gens qui ne la regardait pas comme une extraterrestre à chaque fois qu'il posait les yeux sur elle ...
Mais apparemment il n'était nullement choqué ou blessé de la remarque de Mi Ran. Pourtant son visage qui était passé de rayonnant à déconfit aurait prouvé le contraire, ce mystère laissait la jeune femme perplexe. En tout cas il nia, et ce qu'il ajouta derrière eut pour effet de faire pouffer la coréenne. Il disait ce genre de choses avec tellement de nonchalance ... Une telle désinvolture intriguait Mi Ran. Elle aussi n'avait pas peur des mots, et pouvait s'avérer très surprenante quant à sa manière de s'exprimer. Mais sa longue fréquentation de la gent masculine avait laissé chez elle une empreinte très ... masculine justement. Parfois on pouvait l'entendre parler de manière tellement différente qu'une banale fille l'aurait fait. Enfin, qu'importe, toujours est-il que malgré toute l'assurance dont Mi Ran pouvait faire preuve à ses heures, elle n'atteignait pas le niveau de son interlocuteur qui lui ne semblait avoir aucun problème, que ce soit d'éthique, de ridicule, ou du regard des autres. Il vivait sa vie comme bon lui entendait et cela plaisait à la jeune femme, ce genre de personnalité. Voilà le peu de chose qu'elle avait compris après trois phrases échangées avec lui.

- Ce devait être ça, oui. En tout cas tu avais refroidi le prof, il est resté blasé un moment après ton départ ! dit-elle d'un air amusé.

En tout cas, lorsqu'il lui proposa d'aller boire un verre ce soi, Mi Ran n'avait pas mis bien longtemps à accepter. Seulement, comme elle ne faisait jamais les choses comme tout le monde, au lieu de lui dire clairement oui, elle lui avait signalé qu'ils finissaient à la même heure, soit dix huit heures. L'air de dire "passe me chercher". Mais jamais elle n'aurait cru qu'elle avait affaire à un mec qui était lent à la détente ! Elle en avait connu des ralentis, mais à ce point ! Il venait apparemment de réaliser seulement maintenant qu"ils étaient dans la même filière. La coréenne était perplexe, il n'avait même pas fait le lien lorsqu'elle avait parlé du cours de TD ? Quand même, on ne mélangeait pas les filières dans ce genre de cours à effectif réduit ! Il était drôle lui, au moins. Peur de rien et à côté de la plaque, original dans son genre. Mi Ran préférait de loin les rencontres anodines aux rencontres banales et ennuyeuses. Mais avec ce genre de garçon, comment pouvait-on s'ennuyer ? Elle le verrait bien ce soir s'il était gonflant à la longue, puisqu'elle allait passer la soirée en sa compagnie.

- T'as mis un moment à percuter quand même ... s'étonna-t-elle à voix haute.

Bon, au moins il avait compris tout seul comme un grand qu'elle acceptait sa petite invitation. Il lui annonça qu'il lui ferait découvrir Sendai et tout et tout. Et vu le genre, elle découvrirait sans doute les lieux adéquats pour faire la fête, et c'était tant mieux! Pour le moment elle n'avait repéré que des lieux touristiques ou des cafés ... Elle repensa à sa rencontre avec Yoo Him dans le magasin d'antiquités, elle voyait très mal quelqu'un comme ce nippon pénétrer dans ce genre d'enseigne. Finalement en peu de temps elle réussissait à faire des rencontres sympathiques. En ferait-elle part dans sa prochaine lettre adressé à sa famille ? "J'ai rencontré le gagnant du concours d'écrits dont je t'avais parlé papa, c'est trop fort il fait partie de l'échange lui aussi ! Et j'ai également fait la connaissance d'un mec dont le cerveau a du mal à se mettre en marche tout seul" ... Génial comme accroche non ?
Mais ne lui avait-il pas demandé quand est-ce qu'elle était arrivée ?

- Hum ... Un peu après votre rentrée. J'ai passé une semaine dans ma fac à Séoul et je suis arrivée ici. Juste de quoi récupérer les papiers à remplir en gros ...

Puis il enchaîna directement avec les présentations. Dieu qu'il était bavard, ce bonhomme ! Mais de toute façon, comment pouvait-on faire réellement connaissance autrement qu'avec la parole ? Non, sincèrement, c'était le meilleur moyen. Bon, ce gars-là se nommait donc Minami Daisuke. De nom, cela ne lui disait rien. En même temps, si elle s'amusait à retenir toutes les têtes de sa promo, elle n'avait pas fini ! Elle essaya de se remettre en mémoire les formules de politesse pour se présenter en Japonais, et une fois prête elle se lança :

- Ha- Hajimemashite. Hwang Mi Ran desu. Tu peux m'appeler ... Ben comme tu veux en fait. On ne m'a jamais filé de surnom, alors tu peux innover !

C'était vrai ça, à part Jae Hwa qui l'appelait "nuna", ou grande soeur en gros. Ce qui la faisait rire car il était plus vieux qu'elle de deux ans. Mais peut-être était-ce du au fait qu'elle faisait parfois plus mature que lui, même en tant que "mec". Car rappelons le, au début Jae Hwa avait pris la fillette pour un garçon, et avait eu du mal à admettre qu'elle était du sexe opposé au sien. Finalement, peut-être que ce "nuna" symbolisait son acceptation, elle ne lui avait jamais demandé, acceptant qu'il l'appelle ainsi sans broncher.
Et puis le dénommé Daisuke posa un regard à un endroit qu'il ne fallait pas. Non vous ne vous trompez pas il lorgnait sa poitrine. Mi Ran rougit et allait répliquer sèchement, outrée de son attitude même pas discrète, lorsqu'il lui demanda si elle faisait beaucoup de sport. Hein ?! Pourquoi si soudainement ? Mais bon, elle ne se posa pas trop de questions et réfléchit plutôt à sa réponse. Du sport ...

- Je fais du judo. Enfin j'ai arrêté depuis deux ans mais je m'entraîne encore seule chez moi, je ne suis pas rouillée ! Et puis j'ai fait de l'athlétisme, je courrais beaucoup avec mon père et mes frères ... C'était footing tous les mat ...

HEIN ?! Toucher quoi ? Non mais il y avait méprise quelque part là ! La jeune femme écarquilla les yeux, puis elle fit soudainement lien. Bien plus rapidement que ne l'aurait faire Daisuke. Il avait maté ses seins, puis demandé si elle faisait du sport, et maintenant voulait toucher ... Ho merde, il la prenait pour un mec depuis le début ! C'était donc pour cela qu'il était tant à l'aise, ou il agissait pareillement avec les filles ? Mi Ran fut prise d'un court instant de panique, détestant perdre le contrôle d'une situation. Instinctivement, elle recula. Mais comment avait-il pu se méprendre avec la tenue qu'elle portait ? Il était vraiment à la masse ce mec ! Lui adressant un sourire extrêmement maladroit, elle lui dit du tac au tac :

- Eeeeh ... Eclaircissons le problème. Tu t'apprêtais à toucher ma poitrine là. Tu piges ou je dois te faire un dessin ? Je suis une fille. Ok, je t'accorde que j'ai une tête androgyne qui porte à confusion, et tu es loin d'être le premier à te méprendre sur mon sexe, seulement tu restes le premier à être autant convaincu que je suis un mec ! ...

Mi Ran se tut et réfléchit. Elle jeta un bref coup d'oeil à sa montre et constata que les cours allaient reprendre dans moins d'une minute. Mais elle ne se voyait pas dire tout d'un coup "bon sur ces belles révélations on retourne en cours ?" ... Non, pas du tout. Maintenant que le malentedu était dissipé, une discussion s'imposait, et la cafétéria ou l'amphi n'étaient pas des lieux adéquats. Soupirant, elle dit :

- Je ne pense pas que tu sois motivée pour une heure et demie de blabla sur les produits de base en pharmaceutique ... Ca te dirait qu'on se pose dans un endroit plus calme, pour ... mettre les choses au clair ?

Elle ne savait pas elle même ce qu'il fallair éclaircir, mais elle ne tenait pas à retourner en cours après avoir été prise pour un mec par un beau japonais. C'était une situation plutôt rare, et bien plus palpitante qu'un cours en amphi avec un prof soporifique. Tant pis, elle trouverait bien quelqu'un sur qui rattraper le cours ! Heureusement qu'elle avait eu le réflexe d'embarquer ses affaires ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tohodai.asiat-world.com
avatar
Messages : 185
A Tohodai depuis le : 18/10/2010
Double-compte : Ai pu .__.
Année d'études : Rookie desu~

MessageSujet: Re: La nature fait ce qui lui plaît. | feat. Ran   Dim 14 Nov - 1:33

« Hwang Mi Ran desu. »

Ces trois syllabes sonnèrent aux oreilles de Dai comme la plus belle des mélodies. Tellement, qu'il ne put s'empêcher de souffler un « Ran-chan~ », songeur, un sourire niais placardé au visage et les yeux rêveurs. En voilà un, de surnom, et ce n'est pas demain la veille qu'il l'oublierait. Ni son propriétaire d'ailleurs, dont la simple présence agissait comme un sortilège d'amour sur le pauvre Minami. D'ailleurs, il ne l'avait même pas remarqué, mais son corps ne cessait de s'approcher millimètre par millimètre de celui de Ran, machinalement, faisant légèrement grincer la chaise haute sur laquelle il était assis. Ses coudes posés sur le comptoir glissaient lentement sur la surface lisse, ses mains arrivant peu à peu au niveau de celles du jeune coréen. Et, inévitablement, la distance entre leurs visages s'amenuisait un peu plus chaque seconde. Encore et toujours ce visage qui l'avait ensorcelé... Mais détrompez-vous, loin de Dai l'intention de faire un geste déplacé.......................... Cela étant dit, si seulement il y avait quelques dizaines de personnes de moins dans cette salle, là, il aurait peut-être eu un tout autre cours de pensée.

Ce fut l'agitation ambiante qui fit sortir le brun de sa rêverie, lorsqu'une petite vague d'étudiants commença à migrer vers le fameux amphithéâtre des futurs pharmaciens et autres scientifiques. Ran commençait lui aussi à s'affairer autour de son sac, faisant comprendre à Dai qu'il avait, là, le choix entre deux possibilités: sécher la deuxième partie du cours le plus soporifique auquel il ait assisté dans sa vie et, par conséquent, se séparer du bel étalon coréen jusqu'à ce soir (parce que, forcément, ils auraient fini par se retrouver u__u c'était le cours naturel des choses, la loi de la Jungle de Dai~). Soit le suivre comme son ombre et passer cette heure à reluquer son joli minois............. Il n'en fallut pas longtemps à la seconde alternative pour envoyer la première aux oubliettes, avant que Daisuke n'attrape lui aussi son sac prêt à suivre le coréen à la trace. Jusqu'à ce que le fameux détail du « gonflement » suspect sur le torse du jeune homme ne perturbe les sens du japonais. Et, discret et délicat comme à son habitude, Minami ne se fit pas prier pour en demander les causes, se disant d'emblée que le jeune Ran en avait un peu trop fait en salle de muscu.

« Je fais du judo. Enfin j'ai arrêté depuis deux ans mais je m'entraîne encore seule chez moi, je ne suis pas rouillée ! Et puis j'ai fait de l'athlétisme, je courrais beaucoup avec mon père et mes frères ... C'était footing tous les mat ... »

Dai le savait, il était un génie ;D Il avait vu juste. Même si, en y réfléchissant, qu'est-ce que ça pouvait être d'autre qu'une musculature bien développée ? En y réfléchissant vraiment, pourtant, on devinait aisément de jolies formes féminines sous ses vêtements. Mais fixé sur son idée comme l'était Dai, il était à des années lumières de la vérité et n'avait pas la moindre intention de se remettre sur le droit chemin. Muscles, un point c'est tout ! Et ça attirait l'oeil, forcément. Le japonais n'en avait jamais vu des comme ça, si ce n'est dans des films d'action américains avec des acteurs stéroïdés à souhait. Au point d'avoir envie de savoir quelle serait la sensation s'il pouvait les effleurer.................. Certes, Minami était intimement persuadé que ce soir il ferait plus que "effleurer" le corps du coréen. Mais il n'était pas connu pour sa patience. Et c'est les yeux fixés sur cette partie du corps qui l'intriguait tellement qu'il posa la question qui commençait à lui brûler les lèvres. Mais la réponse qu'il reçut n'était pas vraiment celle à laquelle il s'attendait...

« Eeeeh ... Eclaircissons le problème. Tu t'apprêtais à toucher ma poitrine là. Tu piges ou je dois te faire un dessin ? Je suis une fille. Ok, je t'accorde que j'ai une tête androgyne qui porte à confusion, et tu es loin d'être le premier à te méprendre sur mon sexe, seulement tu restes le premier à être autant convaincu que je suis un mec ! ... »

Ses yeux se relevèrent comme par enchantement pour croiser ceux du j... de la jeune femme ?
...................Il chercha, chercha pendant un moment dans les méandres de sa mémoire, mais non... Non, il ne se souvenait pas de s'être déjà senti aussi con auparavant. Pas bête, pas stupide, juste terriblement con. Tout devenait tout de suite plus clair. Le collant, le mini-short, le "gonflement" sur son torse... Sa bouche s'ouvrit dans une tentative d'excuse bidon, mais il eut trop peur d'en sortir une ressemblante à celles qu'il utilisait en cours. Parce que sincèrement, sa crédibilité devant les professeurs, il s'en fichait. Mais là, il ne voulait vraiment pas perdre la face. Enfin... si c'était possible de la perdre encore plus... La jeune femme souriait, c'était déjà ça. Même si elle avait l'air au moins tout aussi gênée que Dai. Un point dont il essaya de tirer profit, se disant que tout n'était peut-être pas encore perdu.

« ...............Je... Mais je le savais ! Pourquoi tu dis tout ça, j'ai pas compris ? Bien sûr que tu es une fille. Je... »

Con. Juste con.

« Okay, je suis un boulet, et tu... tu es une fille =.= Je pense que j'ai été un peu trop passionné, pour le coup... »

Lançant un sourire désolé à la demoiselle et inclinant légèrement la tête, histoire de s'excuser pour sa bourde sans perdre ce qui lui restait de sa dignité, il se gratta la nuque dans un mouvement gêné et maladroit. Bon, et maintenant quoi ?.. Oui, il avait toujours envie de l'inviter pour la soirée. Mais non, il ne savait pas vraiment comment remettre ça sur le tapis après tout ce qui venait d'être dit... Mais bénies soient les filles coréennes ! Pas rancunières pour un sous, apparemment, puisque celle que Dai venait de rencontrer fit tout le boulot à sa place.

« Je ne pense pas que tu sois motivée pour une heure et demie de blabla sur les produits de base en pharmaceutique ... Ca te dirait qu'on se pose dans un endroit plus calme, pour ... mettre les choses au clair ? »

Toujours partant pour rater un ou deux cours. Et si en plus c'était en charmante compagnie, la vie n'en était que plus belle !.. Bon, apparemment ils allait "mettre les choses au clair", et Dai ne comprit pas vraiment où elle voulait en venir avec ça, si ce n'est qu'il allait parler du fâcheux incident qui venait d'arriver T.T Mais c'était peut-être même mieux. Il réussirait peut-être à rattraper le coup ?

« Je suis ton homme ! » - balança-t-il attrapant son sac à bandoulière, s'élançant déjà vers la porte de sortie. « Ah oui ! Juste............. ça tient toujours pour ce soir ? éè »

_________________

C A U S E H E I S T H E
I R R E S I S T I B L U S

& T O O C O O L T O H O L D


Dernière édition par Minami Daisuke le Dim 14 Nov - 13:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 225
A Tohodai depuis le : 22/09/2010
Double-compte : nop
Année d'études : 1er cycle

MessageSujet: Re: La nature fait ce qui lui plaît. | feat. Ran   Dim 14 Nov - 12:47

Bon, les présentations étaient faites. Minami Daisuke, hajimemashite. Hwang Mi Ran, hajimemashite. Bref, c'était en général l'étape un peu brouillon d'une rencontre, les présentations. Quand on commençait à parler et qu'une sorte de feeling s'installait entre deux personnes qui discutaient sans avoir aucune idée sur l'identité de l'autre, on avait toujours l'impression de casser l'ambiance en balançant son nom tout d'un coup, car en général cela n'avait aucun rapport avec la conversation. C'est souvent pour cela que celui ou celle qui se jetait à l'eau le premier commençait sa phrase par un "au fait", l'air de dire qu'il ou elle avait omis un détail crucial dans son discours. Mais tant que la discussion repartait de plus belle une fois que les protagonistes savaient à qui ils avaient à faire, c'était l'essentiel.
Et c'était ce qui s'était passé entre le nippon et la coréenne. Du tac au tac, le jeune homme s'était présenté et elle avait fait de même du coup, puis il lui avait presque immédiatement demandé si elle faisait du sport. Il avait carrément louché sur sa poitrine aussi. Mais Mi Ran avait cru comprendre que les hormones des garçons primaient sur la logique de leur cerveau. Qu'importe, elle n'était pas ce genre de filles à s'offusquer pour un petit regard déplacé, même si elle trouvait que Daisuke pourrait faire preuve d'un peu plus de discrétion quand il reluquait la gent féminine. Parce que tout le monde ne réagissait pas comme elle, et la plupart des filles poussaient des cris suraigus en disant "mais qu'est-ce que tu regaaaaaardes ?! PERVERS !" C'était un peu pathétique à y penser, c'était la nature, les hommes étaient attirés par les femmes et vice versa. Après tout les filles regardaient bien le corps musclé et athlétique de certains hommes .... Ouais bon au Japon fallait prier très fort pour ne pas tomber sur un maigroulet sans formes, mais Mi Ran avait gagné le jackpot : en plus d'avoir une belle gueule, Daisuke avait l'air bien bâti en plus, cela se voyait légèrement sous son T-shirt. Voilà, elle aussi avait reluqué, mais il n'avait rien vu, preuve que les garçons manquaient encore cruellement de technique pour mater sans être vu.

Et puis la suite des événements fut assez rocambolesque. Mi Ran ne se serait pas attendue à ce genre de révélations, et si on lui avait demandé de parier sur la tournure que prendraient les événements elle aurait sans doute perdu. En effet, elle admettait que son look portait souvent à confusion dans l'esprit des gens, et qu'on l'avait souvent confondu avec un garçon, mais en général le doute était vite dissipé. Là, depuis le début de leur conversation, Minami était en fait persuadé que son interlocutrice était un représentant de la gent masculine, tout comme lui. Et elle n'avait pas compris cela assez vite. Il avait fallu qu'il lui parle de sport et qu'il lui demande s'il pouvait toucher en parlant de sa poitrine pour qu'elle saisisse le malentendu. Pourtant elle s'était connue plus perspicace ! Qu'importe, Mi Ran n'était pas du genre à faire traîner les choses et avait vite mis les explications sur le tapis. Et la révélation sembla faire un énorme choc à son vis-à-vis.
Son visage passa par plusieurs mines plus ou moins expressives. Surtout celle du mec qui se sentait terriblement con. Il avait l'air vraiment embêté d'avoir commis une telle bourde, si bien que lorsqu'il se justifia, il commença d'abord par jouer celui qui savait déjà sur un ton plaisantin. Mais il s'arrêta vite dans son élan et se traita lui-même de boulet. Mais il parla de passionné. Passionné ? Eh bien, la jeune femme ne savait pas que son côté masculin puisse faire autant d'effet chez un autre mâle ... Daisuke était donc parfaitement bisexuel, et elle ne voulait même pas connaître tous les fantasmes qui avaient traversé son esprit pendant toute leur conversation.
Elle lui lança un regard se voulant compatissant, l'air de dire "je ne t'en veux pas", mais elle ne réussit qu'à faire une espèce de grimace blasée. Effet raté, tant pis ! Vous retenterez votre chance la prochaine fois. Du coup, pour se rattraper, elle lui proposa d'aller s'installer dans un endroit plus tranquille de la fac, et au diable les cours ! il y avait bien assez d'étudiants dans cette filière pour ne pas trouver quelqu'un sur qui rattraper le cours. Elle prétexterait qu'elle avait eu une urgence et n'avait pas pu revenir. De toute façon ils ne faisaient pas l'appel alors bon. Et elle était persuadée qu'il accepterait.

C'est ce qu'il fit, d'ailleurs. "Je suis ton homme". L'enthousiasme dont faisait preuve le nippon réussit à la faire sourire, il semblait joyeux de pouvoir sécher un cours. D'un côté, elle aurait mis sa main à couper qu'il n'avait pas assisté à la première partie du cours, contrairement à elle. D'un côté, les cours magistraux comme celui auquel ils allaient échapper n'étaient pas vraiment attrayants, et Mi Ran qui ne comprenait pas encore tout au discours du professeur qui parlait drôlement vite, et trop pour elle avait ses tendances à décrocher.
Et puis il sembla s'inquiéter de quelque chose et s'empressa de lui demander si l'invitation pour ce soir était toujours d'actualité. Mi Ran se retint de rire devant sa mine super sérieuse et dit :

" Bah, j'ai accepté en tant que fille, si l'issue de la soirée devrait changer cela ne dépendrait que de toi tu ne crois pas ? "

Ils rangèrent leurs affaires pour de bon et Mi Ran passa les bretelles de son sac sur son épaule. Puis elle se dit que c'était elle qui avait proposé de bouger mais qu'elle ne connaissait pas encore très bien la fac et les endroits intéressants à squatter. Mais peut-être que lui non plus, ils étaient tous les deux en première année et il n'était pas là depuis bien longtemps du coup ...

" Euh ... Je ne me suis pas encore bien familiarisée avec les lieux, tu connais un endroit tranquille toi ici ? "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tohodai.asiat-world.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La nature fait ce qui lui plaît. | feat. Ran   

Revenir en haut Aller en bas
 

La nature fait ce qui lui plaît. | feat. Ran

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tohodai :: 
.Fin de l'Histoire
 :: 
CORBEILLE ”
 :: Sujets abandonnés
-
Sauter vers: