AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 We live in a small small world ! [Hwang Mi Ran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité


MessageSujet: We live in a small small world ! [Hwang Mi Ran]   Sam 23 Oct - 19:30

Le réveil de ce matin là m'avait réveillé, non pas parce qu'il était l'heure de se lever, mais parce que j'avais programmé une alarme pour être certain de ne pas oublier l'anniversaire de ma petite soeur, Ahn Rin. Bon en soit, cette alarme était plus qu'inutile puisqu'il m'était tout bonnement impossible d'oublier une telle date, mais cela me rassurait connaissant comme je pouvais être tête en l'air parfois. Bon à noter que je ne la programmerais plus jamais de si bonne heure, parce que se lever à 9h30 un samedi alors que l'on a aucun cours de la journée, ça relève presque de la torture ! Qu'à cela ne tienne, cela me donnait plus de temps pour trouver un cadeau pour la "birthday girl" comme on dit !

Je m'étais donc levé, un peu en colère contre moi même, avant d'aller me consoler avec un bon gros déjeuner des familles, je suis sûre que les gens se demandaient comment je pouvais faire tenir tout ça dons mon estomac... Moi aussi d'ailleurs. Je me pardonnais donc moi même de ma bêtise du matin, puis allais prendre une douche, avant de courir jusque dans ma chambre une serviette autour de la taille pour aller me changer? Croyiez le ou non, mais j'avais complètement oublié de prendre des vêtements avec moi dans la salle de bains, ce matin était vraiment une rude épreuve. Bref, j'étais arrivé dans ma chambre sans incident gênant pour mon amour propre et je me tenais à présent devant mon armoire à la recherche d'une tenue confortable pour la journée de recherche. J'optais donc pour un jean noir assez "collant" mais très confortable, et un pull assez épais gris, une bonne paire de chaussures et le tour serait joué ! Je préparai aussi mon sac, mettant une carte de la ville, mon porte feuille et mon téléphone portable dedans, la carte me serait utile si je venais à m'égarer, je n'étais pas d'ici après tout ! Quant à mon appareil photo, il ne quitterait pas ma main, ou mon tour de cou celui là !

Une fois prêt, la matinée touchait déjà à sa fin et je me mis en route, me baladant au gré des rues de la ville, les grandes artères comme les petites me régalant de surprises (ou non.) que je photographiais et admirais, toujours sans oublier mon but, qui était de trouver le cadeau de ma soeur. Je m'arrêtais aussi parfois pour goûter une spécialité locale proposée par une boutique, et découvrais des choses assez sympa ! A un moment donné en bifurquant d'une rue de taille moyenne sur une petite, je tombais sur une petite boutique proposant des miroirs aux motifs traditionnels japonais et un en argent, aux motifs représentants des fleurs de cerisiers roses pastels tombant, accrocha mon regard, je m'en saisit et demanda le prix à la vieille personne qui gérait ce petit coin, je lui donnai la somme qu'elle m'annonça, puis elle me donna le miroir dans un joli écrin en velours gros foncé. J'étais en train de le ranger dans mon sac en me retournant lorsque je percutai quelqu'un. Immédiatement je m'inclinai pour m'excuser, mais peu concentré sur la langue à utilisé, je lui présentai d'abord mes excuses en coréen, voyant son air surpris, je me repris tout de suite m'inclinant à nouveau.

" - Hontouni sumimasen."

J'eus l'espace de quelques instants du mal à discerner s'il s'agissait d'un jeune homme ou d'une jeune femme, optant au final pour la deuxième option. Ce physique particulier intrigua immédiatement mon esprit de photographe, mais étant en faute, je n'allais pas lever mon appareil pour la photographier l'air de rien, cela aurait été impoli !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 225
A Tohodai depuis le : 22/09/2010
Double-compte : nop
Année d'études : 1er cycle

MessageSujet: Re: We live in a small small world ! [Hwang Mi Ran]   Sam 23 Oct - 21:15

Il était encore tôt ce matin. Mi Ran s'était levée de bonne heure, car elle avait envie de se promener dans les rues matinales de Sendai. Bien sûr d'après ce qu'elle avait entendu dire les rues de la ville dans laquelle elle était partie pour vivre un an n'étaient pas aussi animées que celles de Tokyô, mais en tant qu'ermite de base cela suffisait amplement à la jeune fille. Elle avait tant de choses à découvrir, et elle était persuadée que si les rues étaient bondées de monde comme dans la capitale nippone elle n'apprécierait pas cette découverte de la même façon. En tous les cas aujourd'hui c'était opération visite de tourisme et tant pis pour Akira s'il avait d'autres plans !
D'ailleurs, Mi Ran fit le moins de bruit possible pour se préparer afin de ne pas réveiller la Bête. Depuis son arrivée, il ne l'avait pas lâchée une seule seconde, trouvant toujours une raison plus ou moins crédible pour débarquer dans sa chambre à des heures tardives où elle travaillait ou ... dormait. "Mi Ran, tu veux que je te prépare ton bentô pour demain ?" Ce genre de questions, au lieu de les poses à minuit ou une heure du matin, il pouvait la poser au repas ... Ce type était réellement épuisant. Soupirant discrètement, elle ouvrit son sac qu'en une semaine elle n'avait toujours pas vidé. Bordélique, elle ? Et pas qu'un peu ! Elle opta pour un T-shirt à manches courtes bien ample par-dessus lequel elle enfila un sweat large gris. En bas, elle enfila un pantalon type slim noir. Fine, ce genre de vêtements serrés lui allait bien. La jeune femme passa ensuite dans la salle de bains, relativement spacieuse. Le seul avantage qu'elle avait trouvé à cohabiter avec ce séducteur de correspondant était qu'il était fils d'avocat et que son appartement, ce n'était pas de la gniognotte quoi. Ils avaient largement la place d'avoir une chambre chacun et même d'inviter des gens ! Le père d'Akira avait dû faire un bon chèque pour cet appartement.

Etape coiffure. Actuellement Mi Ran était brune avec un balayage de mèches colorées. Elle les portait plutôt courts, à peine en dessous des oreilles. Ils étaient fins comme des baguettes, et bien raides qui plus est. Elle ne comptait plus le nombre de fois qu'elle les avait décolorés, étant d'un noir de jais quand elle était gamine. Cela leur donnait une couleur assez originale du coup. La jeune femme passa un peigne dans ses mèches histoire d'enlever les quelques noeuds qui s'étaient formés dans la nuit. Une fois cela fait, elle attrapa son crayon noir et entreprit de dessiner le contour de ses yeux en amande avec. Son regard électrique était assez transperçant. A la limite du froid. Même elle, quand elle se regardait à travers son reflet dans le miroir, elle se disait avec une légère pointe d'amertume au fond d'elle que si elle avait été une autre personne elle n'aurait sans doute pas osé aborder une fille pareille. Puis elle se ressaisit trente secondes après, ses lèvres s'élargirent en un mince sourire. Elle était comme elle était, une fille aux allures de garçons. Cela plaisait ou non mais elle ne se voyait pas autrement.

Une fois prête, elle attrapa un sac qu'elle mit en bandoulière, y glissa un petit appareil photo numérique donné par son père qui voulait qu'elle prenne mille et un clichés de Sendai. Elle allait passer pour une grosse touriste n'empêche ! Bah, ce n'était pas un problème, pour l'instant c'était ce qu'elle était.
Elle ne referma pas derrière elle, n'ayant pas encore son propre trousseau, bien que l'envie d'enfermer môssieur Akira dans son propre appartement soit terriblement alléchante.
Elle descendit les deux étages qui la séparaient du rez de chaussée et sortit. Il faisait déjà bon dehors, quoiqu'encore un peu frisquet, mais le sweat était le vêtement impeccable pour ce genre de température.
Aujourd'hui elle allait visiter les petites rues. Il y avait toujours des petites enseignes vendant des babioles qui prennent la poussière sur votre étagère. Comme elle les aimait. Tout sourire, elle prit une grande bouffée d'air frais, enfila ses mitaines de coton noires et fila. Akira, bonne journée.
Il y avait peu de monde dans les rues. Il fallait avouer que le samedi matin, certains étudiants et lycéens avaient cours, les autres dormaient, et les salarymen étaient déjà au boulot depuis plusieurs heures pour la plupart. Tant mieux, ce n'était pas bruyant.
Elle fit son trajet à pied, essayant de mémoriser les lieux qu'elle visitait, afin de gagner en repères et de savoir se débrouiller toute seule quand elle voudrait revenir par là. Au cas où, elle avait un plan de la ville dans son sac, et elle était persuadée que tous les coréens participant à l'échange faisaient de même.

Et puis elle s'arrêta devant une boutique qui attira son regard. Des petits miroirs et autres bibelots tous mignons, du genre objets de collection. Trépignant sur place, elle prit d'abord une photo de la vitrine et pénétra dan l'établissement. En proie à une joie soudaine, Mi Ran se balada parmi les étalages. Attrapant un objet, le reposant, et ainsi de suite. Elle gratifia la vieille dame derrière son comptoir d'un sourire radieux et continua sa quête. Elle n'avait pas vu le regard intrigué que lui portait la vendeuse. Son look particulier devait la surprendre.
Et puis, au moment où elle attrapait un petit porte clés kitch, elle se fit heurter par un individu. Elle faillit faire tomber l'objet, et le rattrapa de justesse. Le jeune homme s'excusa en coréen, puis en japonais. Mais le regard surpris de Mi Ran n'était pas dû à son incompréhension de la langue mais plutôt parce que le visage de ce type ne lui était pas inconnu ... Peuh, elle avait dû l'apercevoir à la fac ! Mais .... Il s'était excusé dans sa langue maternelle ...

    "Ce n'est rien", dit-elle en coréen, sûre qu'il comprendrait très bien. "Je n'ai rien cassé."


Elle le gratifia d'un léger sourire puis reposa le porte-clef. Elle dévisagea discrètement l'individu du regard, persuadée qu'elle l'avait déjà rencontré quelque part mais autrement qu'à Tohoku. Pourtant, impossible de le remettre ! Fronçant les sourcils et enfonçant son menton entre son index et son pouce, elle était perplexe.
Puis elle vit que le garçon la dévisageait elle aussi.

    "Hein ? J'ai une tâche sur la figure ? Ah non, vous vous demandez si je suis une fille ou un mec, c'est ça ..."


En général sa voix haut perchée la trahissait. Mais elle avait l'habitude de ces confusions maladroites, elle y avait droit tout le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tohodai.asiat-world.com
Invité

Invité


MessageSujet: Re: We live in a small small world ! [Hwang Mi Ran]   Sam 23 Oct - 23:37

C'était rare que je sois aussi distrait, vraiment, mais depuis que je m'étais levé, je semblais être maudit à ne faire que gaffe, sur gaffe. Cette pauvre coréenne en était l'illustration parfaite, oui oui coréenne, car sa réponse me confirma ce fait. J'en déduisis donc qu'elle devait elle aussi être ici en échange étudiant, c'était une bête rencontre mais entendre cette langue si familière hors de chez soi avait quelque chose de réconfortant. Elle m'assura n'avoir rien de cassé et j'en fus rassuré, sa carrure avait pourtant l'air si fragile, c'était assez impressionnant à quel point elle était filiforme ! Je ne sais pas si c'était à force de faire de la photo, mais j'arrivais à décrypter assez rapidement les particularités physiques de certaines personnes, et certaines de la jeune femme en face de moi en firent autant ! Elle du se méprendre sur mon regard et je me dis qu'en effet il était très impoli de fixer les gens comme je venais de le faire !

"Hein ? J'ai une tâche sur la figure ? Ah non, vous vous demandez si je suis une fille ou un mec, c'est ça ..."

J'écarquillai les yeux, m'en voulant de lui avoir donné cette impression et de peut être l'avoir vexée, ça aurait été bien ma veine alors que je venais enfin de rencontrer une compatriote coréenne !

" - Oh non, non mademoiselle ! C'est juste que..."

J'eus un petit rire gêné, me grattant l'arrière de la tête, un peu mal à l'aise, comment expliquer mon point de vue sans la vexer, ou paraître fou, ou les deux. Je triturai mon appareil photo par réflexe, et au final le lui montrai d'un geste un peu nonchalant pour me donner contenance, cette façon de rencontrer les gens me mettait mal à l'aise, ça n'est pas top de percuter les gens non ?

" - En fait, je fais beaucoup de photographie, et je me suis dit que votre physionomie particulière pouvait avoir un très bon effet sur la pellicule ! Ne vous vexez pas surtout, ça n'est en rien péjoratif, bien au contraire, c'est rare les gens avec une telle aura."

Je marquai une pause, puis présenta mes excuses une nouvelle fois, avant de me dire qu'il serait temps d'enchaîner sur quelque chose, que ça soit à dire ou à faire, avant que la situation ne soit réellement très gênante.

" - Vous êtes une étudiante en échange de Tohodai non ?"

Soudainement, j'entendis la voix de ma grand-mère me rappeler à l'ordre, c'était impoli de poser des questions de cette façon, surtout lorsqu'on est aux yeux de notre vis à vis pas moins qu'un simple inconnu. Je tendis donc ma main dans un geste familier à toute personne civilisée.

" - Mais j'oublie mes bonnes manières, je ne suis pas comme ça d'habitude ! Je m'appelle Park Yoo Him."

Je lui serrai la main, avec fermeté sans pour autant manquer de douceur, prenant en compte le fait que ça soit une femme malgré son côté un peu garçon manqué. Je devais sans doute faire la transposition avec Ahn hae elle était aussi garçon manqué, certes moins, mais ça n'empêchait qu'elle était fragile malgré ses petits airs de bonhomme, du coup je devais percevoir cette jeune coréenne un peu de la même façon.

" - Je suis étudiant à Tohodai, en troisième année, je n'ai pas le souvenir de vous avoir vu sur le campus encore !"

De cette façon, je me dis que la glace était peut être rompue, et qu'elle oublierait avec quel manque de délicatesse nous nous étions "rencontrés".
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 225
A Tohodai depuis le : 22/09/2010
Double-compte : nop
Année d'études : 1er cycle

MessageSujet: Re: We live in a small small world ! [Hwang Mi Ran]   Dim 24 Oct - 13:46

Son look devait franchement en faire retourner plus d'un dans la rue, mais sincèrement Mi Ran s'en contrefichait, c'était un peu la routine pour elle. Et encore, en Corée elle passait plus ou moins inaperçue, mais la mode coréenne et japonais n'était pas tout à fait la même. C'est sans doute pour cela que la vendeuse la dévisageait en coin, les yeux légèrement écarquillés. Car oui, maintenant la jeune femme avait remarqué ce regard franchement inquisiteur posé sur elle. Si cette vieille dame croyait qu'elle était discrète, c'était raté ! Elle avait laissé en plan ce qu'elle était en train de faire, cela devenait ainsi flagrant qu'elle observait sa cliente. Mi Ran la gratifia d'un sourire maladroit, qui aurait pu être pris pour hypocrite, mais loin de là. Et elle reporta son attention sur son vis-à-vis qui lui aussi la fixait étrangement ... Mais vu sa façon de s'excuser, gêné, ce n'était pas par rapport à son apparence excentrique qu'il avait le regard si perçant.
Il lui expliqua qu'il faisait beaucoup de photographie et que son corps un tantinet fragile l'intéressait pour être capturé dans sa pellicule. Et là ce fut à son tour d'écarquiller les yeux, ronds comme des billes. Elle ne s'attendait vraiment pas à cela, et finalement sa petite remarque dont il s'excusa immédiatement si elle avait paru vexante lui fit plaisir. Un photographe, aussi amateur qu'il soit -quoique, qu'est-ce qui lui disait que son interlocuteur était un amateur ?!-, qui lui disait que son corps rendrait bien sur la pellicule, ça la touchait droit au coeur. Mi Ran gratifia donc son interlocuteur d'un sourire bien plus assuré que celui qu'elle avait adressé à la commerçante et dit, enjouée :

" OH ! Quelle coïncidence, à mon arrivée ici un photographe m'a remarquée et a décidé de m'engager comme modèle ... Ca me fait une petite rentrée d'argent pour arrondir la fin de mois, haha ! "

Cela lui faisait extrêmement plaisir de rencontrer quelqu'un qui parlait la même langue que soit. Entre les études et sa vie avec Satô, elle n'avait pas eu le temps d'aller converser à la fac avec d'autres coréens. Et entendre sa langue maternelle la rassurait un peu, elle avait peur de rouiller si elle ne parlait que le japonais pendant un an. Quoique, rien qu'avec tous les mails qu'elle envoyait à son cher Jae Hwa tous les soirs, cela irait plutôt bien ...
Finalement son vis-à-vis sembla vouloir meubler la conversation, ou du moins se renseigner davantage sur elle car il lui demanda si elle était étudiante à Tohodai. Il était vrai que les trois quarts des coréens que l'on croisait à Sendai étaient souvent des étudiants participant aux échanges entre les universités. Conservant son sourire radieux sur le visage, elle entreprit de répondre poliment :

" Dans le mille. Il faut avouer que la plupart des coréens à Sendai en sont ... N'est-ce pas ? "

Elle allait lui retourner la question. Mais si ça se trouvait il était ici pour tout autre raison. Après tout la photographie n'était pas enseignée en son nom propre à Tohoku, mais peut-être y avait-il un dérivé dans la filière des Arts & Lettres. Il voulut cependant ne pas faillir à ses devoirs et se présenta comme étant Park Yoo Him. Rapidement, Mi Ran renvoya la donne et lança, enthousiaste, tout en lui serrant fermement la main :

" Bangapseumnida. Je m'appelle Hwang Mi Ran, étudiante en Pharmaceutique à Tohoku. "

Yoo Him ... Park Yoo Him ... Déjà que son visage lui paraissait familier, maintenant son nom lui disait également vaguement quelque chose ... Mais où avait-elle pu le rencontrer ? Les coréens participant à l'échange venaient d'universités de toute la Corée, il y avait une chance sur mille pour que ce garçon et elle fréquentaient la même université là-bas ... Pourtant, perplexe, elle était persuadée que ce jeune homme ne lui était pas inconnu.
En tout cas il était apparemment son sempai, comme on disait au Japon. Alors elle se devait de l'appeler avec respecter.

" Dites-moi, Yoo Him Sunbae, de quelle université venez-vous en Corée ? "

Elle sourit. Il fallait qu'elle en ait le coeur net, qu'elle sache si c'était de là-bas qu'elle le connaissait ou non. Ce nom lui rappelait un souvenir, mais lequel ? Mi Ran n'aimait pas du tout quand sa mémoire lui jouait de vilains tours comme cela. Soupirant, elle constata en attendant sa réponse que la vieille dame s'était remises à s'occuper de ses affaires, sans doute depuis le sourire maladroit adressé par la coréenne ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tohodai.asiat-world.com
Invité

Invité


MessageSujet: Re: We live in a small small world ! [Hwang Mi Ran]   Dim 24 Oct - 15:00

" OH ! Quelle coïncidence, à mon arrivée ici un photographe m'a remarquée et a décidé de m'engager comme modèle ... Ca me fait une petite rentrée d'argent pour arrondir la fin de mois, haha ! "

Je la regardais en écarquillant les yeux de surprise, cette petite déclaration m'apportait deux informations : une, il y avait un studio de photographie dans le coin et je ne l'avais pas encore trouvé, et deux : je ne m'étais pas trompé quant à la physionomie de la jeune femme, elle était vraiment particulière et donc précieuse aux yeux d'un photographe !

" - Avec un physique semblable ça me semble la chose la plus naturelle !"

Et je ne parlais pas du regard particulier qu'elle avait, je pense qu'on parlera de charisme tout simplement ! Une sorte d'aura qui impose respect ou admiration ou... Je ne saurais comment vous l'expliquer clairement, c'est plutôt quelque chose que l'on ressent, ou constate.

Malgré ce physique qui pour moi pourrait lui ouvrir plus de portes que celles de la fac, elle me confirma qu'elle était bel et bien étudiante, en pharmaceutique qui plus est... Ce monde là me semblait juste fou, rien que pharmaceutique était un mot effrayant, bon okay c'est ma peur de tout ce qui a rapport à la science qui doit parler pour le coup.

" Bangapseumnida. Je m'appelle Hwang Mi Ran, étudiante en Pharmaceutique à Tohoku. "

C'était réellement agréable de parler dans sa langue maternelle, je ne peux pas dire que je ne le pratiquais pas, non avec Min Rin nous parlions beaucoup plus coréen que japonais dans notre appartement, ce qui n'était pas très bien en y pensant, mais le parler hors de chez soi, avait un charme particulier... Comme si un bout de chez nous était soudainement importé ici.
Je répondis à sa politesse, j'étais moi aussi enchanté de la rencontrer, et le fut plus encore de voir qu'elle continuait de parler avec moi, au final la brusquerie de notre rencontre n'était pas si mal.

" - J'étudiais à l'Université Hongik dans le quartier de Hongdae ! En général la fac, comme le quartier sont assez connus, vous êtes originaire de Séoul ?"

Parler ainsi de Séoul, de ces lieux habituels m'en donnait presque le cafard, mais je ne savais que trop bien ce que j'avais fuit pour le regretter réellement.

J'avisai ensuite que nous nous étions arrêtés devant la boutique, la gérante ne devait pas trop apprécier que nous bloquions la vue sur la vitrine de ses articles, elle ne disait rien, mais son regard en disait long. Je me décalai donc doucement, une proposition pour ma compatriote me venant à l'esprit.

" - Que diriez vous de continuer à parler en se baladant, ou en allant boire un verre ?"

D'un geste vague j'indiquais la vieille femme derrière son comptoir caisse.

" - Je crois que notre présence dérange..."
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 225
A Tohodai depuis le : 22/09/2010
Double-compte : nop
Année d'études : 1er cycle

MessageSujet: Re: We live in a small small world ! [Hwang Mi Ran]   Ven 29 Oct - 22:32

Ce coréen semblait persuadé que le physique de Mi Ran était réellement adéquat à la photographie. La jeune femme n'avait pas ce genre d'yeux qui repéraient les gens à leur charisme, alors elle ne pouvait qu'acquiescer aveuglement. Après tout, se faire complimenter sur ce physique si particulier lui faisait plutôt plaisir. Non pas qu'elle avait honte de son corps ou un truc dans le genre, mais surtout qu'en général elle surprenait plus que suscitait l'intérêt ainsi. Après tout, les gens voyaient un individu androgyne en elle, avec la peau sur les os. Mi Ran se voyait donc ravie lorsque des personnes savaient faire abstraction de ce détail et voyaient quelque chose d'agréable en sa physionomie si particulière.
La conversation allait de bon train entre les deux jeunes gens qui ne se connaissaient pourtant ni d'Adam ni d'Eve. Enfin, ça c'était ce que Mi Ran pensait pour le moment ... Elle s'était donc poliment présentée pour répondre aux propres présentations. Elle savait désormais que le coréen se prénommait Yoo Him, et plus il lui donnait des informations sur sa personne, plus elle avait une sensation de déjà-vu. Mais malheureusement sa mémoire lui faisait défaut cette fois-ci et elle était incapable de lever le voile sur ce mystère. A ce train-là, autant faire appel au Professeur Layton, ou lui piquer ses pièces sos ! (ok j'ai trop joué aujourd'hui XD)
Une chose était certaine, la jeune femme appréciait fortement de parler dans sa langue maternelle. Son vis-à-vis lui faisait ce plaisir et ça la soulageait un peu. Car il fallait avouer que débarquer dans un pays totalement inconnu comme un cheveu sur la soupe, parlant bancalement le dialecte national, n'était pas une mince affaire, bien au contraire. Mi Ran retint un soupir à cette pensée et écouta plutôt la réponse à la question qu'elle avait posé à Yoo Him, autrement dit ses origines estudiantines en Corée. Et la réponse eut un effet de douche froide sur elle. L'université Hongik était tout simplement celle où elle s'était inscrite avant de partir pour le Japon. Elle n'avait même pas eu le temps de faire l'année qu'elle était déjà ici. Mais elle avait juste eu le temps d'assister le jour de la rentrée à une remise de prix de concours d'écrits. En effet avant les vacances, avait eu lieu un concours d'écriture à Hongik et les nouvelles des participants avaient été étudiées durant les vacances. Mi Ran avait eu l'opportunité d'en lire quelques unes, et celle qui avait attiré son attention, qu'elle avait lue et relue, était celle d'un certain Park Yoo Him .........

"Hongik ... Etes-vous l'étudiant qui a remporté le concours d'écriture de la fac ?"

Elle rougit presque devant son sempai, comme on disait ici. Après tout, qui ne serait pas ravi de connaître l'auteur d'un texte que l'on avait tant adoré, qu'il soit nationalement voire mondialement connu ou non .... Elle serait comme une enfant émerveillée si le coréen en face d'elle était bien ce fameux auteur. En même cela ne pouvait être que lui, après tout il était de Hongik et se nommait Park Yoo Him, il n'y avait quand même pas dix mille Park Yoo Him dans cette fac ! Mi Ran était soudain encore plus ravie de cette rencontre inopinée.

Puis le jeune homme désigna discrètement la caissière qui semblait râler qu'ils se soient postés en plein milieu de la vitrine de sa petite boutique. Elle n'avait pas remarqué que les regards insistants venaient de là, pensant uniquement que c'était son accoutrement excentrique qui la perturbait. Il proposa alors d'aller boire un verre ou de se balader. Décidément, elle se faisait beaucoup inviter ces temps-ci ! Mais, alors que le fameux Minami Daisuke avait émis l'envie d'aller boire un coup dans un bar, en tout bien tout honneur soi-disant -tu parles !-, Yoo Him semblait plutôt rechercher une ambiance tranquille pour faire plus ample connaissance. Mi Ran était de cet avis, très curieuse d'en apprendre plus sur l'auteur de la nouvelle qui l'avait tant captivée. Elle était sûre que c'était lui, la courtoisie avec laquelle il lui parlait depuis le début de leur conversation se retrouvait dans son texte. Souriant, elle annonça :

"Effectivement on semble déranger ... Dans ce cas, je veux vous conduire dans un petit café non loin d'ici que j'ai repéré lors de ma première visite de Sendai. L'ambiance m'avait paru sympathique depuis la vitrine, qu'en pensez-vous ?"

Mi Ran n'avait pas pour habitude de vouvoyer les gens, ne se prenant pas énormément la tête avec la hiérarchie quand elle était en présence de jeunes. Mais son sunbae semblait attacher de l'importance à cela et puis il était son sunbae en âge, en savoir, et en écriture. Le vouvoyer comme il le faisait pour elle était la moindre des choses. Alors elle ne s'en souciait déjà plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tohodai.asiat-world.com
Invité

Invité


MessageSujet: Re: We live in a small small world ! [Hwang Mi Ran]   Dim 31 Oct - 14:32

(x'D @la ref sur le Professeur Layton xD ... Purée je parle comme sur twitter uu')

Hongik ... Etes-vous l'étudiant qui a remporté le concours d'écriture de la fac ?

Je la regardais les yeux ronds, comment savait elle ? J'avais en effet remporté le concours d'écriture de l'université, j'étais assez fier de moi je devais l'avouer ! C'était une façon que j'avais eu de prendre ma revanche sur mes parents. Eux qui ne reconnaissaient en rien ce que je faisais, que ça soit l'écriture ou la photographie, des professionnels, des gens important dans le monde de l'écriture avaient reconnu que j'avais du talent. Je ne pourrais jamais oublier à quel point j'étais fier de cette victoire ! Qui plus est à l'époque, j'avais présenté un des premiers textes que j'avais écrits après le décès de ma grand-mère, il était très sombre, il parlait du manque et de l'absence dans un monde un peu différent du notre, on pouvait s'identifier au personnage et à sa perte, soit elle matérielle ou émotionnelle. Sans doute un de mes textes les plus noirs, mais pourtant un des plus intimes... Et j'avais gagné. Enfin la question restait malgré tout, comment savait elle que j'avais gagné ? A moins qu'elle ait été une étudiante de Hongik... Mais c'est bien sur ! Ca devait être pour ça !!

" - Oui, oui c'est moi mais... Tu, je me permets de passer au tutoiement vu que nous sommes presque du même âge, donc, tu étais à Hongik aussi ?"

Si c'était le cas, cette rencontre était vraiment magique ! Avec Mi Ran, j'allais ainsi pouvoir parler de Séoul, de la fac, du quartier, de ce genre de chose quoi ! Cette optique me faisait vraiment plaisir ! Une curiosité me vint à l'esprit.

" - Tu as lu ce que j'avais écrit ?"

Si c'était le cas, je voulais absolument connaître son avis ! Pas que je cherchais des compliments à tout va, non bien au contraire ça me m'était mal à l'aise, mais je voulais savoir ce que mes mots avaient pu lui apporter !

Nous étions tout deux d'accord pour aller faire un tour ailleurs que de rester ainsi devant cette vitrine et de recevoir des regards noirs et meurtriers de la vieille dame. Je hochai vivement la tête à sa proposition, un café me semblait tout à fait propice pour faire connaissance avec quelqu'un !

" - Ca me va ! Je te laisse être le guide !"

Je lui souris, et mes yeux firent ce truc mignon qui m’énervait tant quand je tentais d'être un brun charismatique, du Sunbae cool, je passais au Sunbae mignon, j'avais horreur de ça ! Nous marchions côte à côte et j'enfouis mes mains dans les poches de mon pantalon, ne sachant quoi en faire, c'était étrange comme rencontre quand même, bon au moins, j'avais trouvé le cadeau de ma soeur ! Oh ! Mais Mi Ran avait peut être d'autres plans que de rencontrer un autre coréen et de se retrouver à parcourir les rues avec lui ?

" - J'espère que notre rencontre ne met pas en l'air les plans que tu avais pour aujourd'hui ?"

[La suite se fait ici, ou dans le café ?]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: We live in a small small world ! [Hwang Mi Ran]   

Revenir en haut Aller en bas
 

We live in a small small world ! [Hwang Mi Ran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Tohodai :: 
.Fin de l'Histoire
 :: 
CORBEILLE ”
 :: Sujets abandonnés
-
Sauter vers: